Classement AFC – Le point après 4 journées

Publié le


Nous en sommes déjà au quart de la saison régulière. Chaque équipe de NFL a joué 3 ou 4 matchs, un échantillon suffisant pour faire un premier point et sortir quelques tendances. Il y a des surprises, des confirmations, en haut comme en bas du classement. Voici la situation par division.

AFC EAST

Faut-il s'inquiéter pour Tom Brady et les Pats ? (photo : Rantsports)
Faut-il s’inquiéter pour Tom Brady et les Pats ? (photo : Rantsports)

Buffalo Bills (2-2)

Les Bills ont créé la première surprise de cette saison en allant s’imposer à Chicago (23-20) lors de la première journée. Ils ont ensuite enchaîné avec une belle victoire à domicile face aux Dolphins (29-10), et pointaient seuls en tête de la division après 2 matchs. Depuis, ils sont tombés sur plus fort contre San Diego (défaite 22-10) et ont chuté à Houston (23-17). Mais après 4 matchs, Buffalo reste en tête de l’AFC East, et ça personne ne l’avait pronostiqué.

La défense reste le point fort de la franchise, particulièrement contre le jeu au sol (3ème avec 71.5 yards encaissés par match). Côté offensif, C.J Spiller et Fred Jackson restent un duo efficace sur les courses, mais E.J Manuel ne semble pas progresser et limite le potentiel de l’équipe. Kyle Orton sera d’ailleurs titulaire pour le prochain match.

Miami Dolphins (2-2)

Difficile de suivre ces Dolphins. Après une victoire convaincante face aux Patriots (33-20) pour débuter la saison, ils ont largement été battu par Buffalo (29-10) et Kansas City (34-15) dans la foulée. Le voyage à Londres de la semaine dernière et la victoire facile sur Oakland (38-14) a relancé l’équipe…mais pour combien de temps ?

Ryan Tannehill est à l’image de sa franchise, irrégulier. Il doit absolument franchir un palier pour emmener Miami plus haut. Le jeu au sol (Moreno puis Miller) est en très nette amélioration par rapport à 2013 (6ème avec 142 yards par match). La défense tient la route, même si elle pourrait prendre moins de points.

New England Patriots (2-2)

Les Patriots sont dans une situation peu habituelle, avec déjà 2 défaites et plus de points encaissés (90) que marqués (80). Sur quatre matchs, trois sont mauvais pour le moment. La seule victoire convaincante est celle obtenue à Minnesota (30-7), qui venait de perdre Adrian Peterson. A part ça, deux défaites avec au moins 30 points encaissés, dont une fessée 41-14 ce week-end à Kansas City.

La défense a surpris et est notamment intraitable contre le jeu de passes (1ère avec seulement 185.5 yards encaissés par match). Le problème est l’attaque, un comble pour les Pats. Tom Brady est en difficulté, et il ne peut compter que sur Julian Edelman. Rob Gronkowski est là mais est clairement loin d’être à 100%. Son retour en forme est un facteur clé.

New-York Jets (1-3)

Défaits trois fois de suite (dont deux à domicile) par des équipes de la NFC North (Chicago et Detroit), les Jets ferment la marche dans l’AFC East. Ils n’ont jamais été battus par un écart conséquent, mais ils ne parviennent pas à marquer suffisamment contre des équipes très offensives.

La force des Jets, aussi bien en attaque qu’en défense, c’est le jeu au sol. En attaque, ils gagnent 151 yards par match (2ème NFL) avec le duo Ivory/Johnson. En attaque, ils n’allouent que 63 yards en moyenne à leurs adversaires, aucune équipe ne fait mieux. Le problème reste le jeu de passe offensif, où Geno Smith est toujours irrégulier. Il est clairement un quarterback talentueux, capable d’actions de classe, mais il commet beaucoup trop d’erreurs.

 AFC NORTH

Cincinnati à tout de la meilleure équipe de l'AFC (photo : Rantsports)
Cincinnati à tout de la meilleure équipe de l’AFC (photo : Rantsports)

Cincinnati Bengals (3-0)

Après 3 matchs, Cincinnati est surement la meilleure équipe de l’AFC. Elle est en tout cas la seule invaincue. Les Bengals ont débuté par une victoire disputée à Baltimore, avant de monter en puissance face à Atlanta puis Tennessee.

L’attaque, menée par le duo Andy Dalton-A.J Green, marque plus de 26 points par match, quand la défense n’en prend que 11 en moyenne (1ère NFL). La franchise est sur la continuité des saisons précédentes, et la seule chose qui est attendue cette année, c’est une victoire en playoffs.

Baltimore Ravens (3-1)

Le début de saison des Ravens a été plutôt mouvementé. Une défaite à domicile face aux Bengals, suivi par « l’affaire Rice », pas idéal pour se concentrer sur le football. Mais depuis, Baltimore n’a plus perdu et à même remporté des victoires convaincantes. Deux face à des rivaux de la division, Pittsburgh et Cleveland, puis une large contre Carolina avec « la revanche » de Steve Smith.

La bonne nouvelle pour Baltimore, c’est d’avoir retrouvé une attaque performante. Presque 26 points marqués par match (7ème NFL), Joe Flacco plutôt solide, et Steve Smith qui retrouve une seconde jeunesse. La défense est également solide contre le jeu au sol, et n’encaisse que peu de points (2ème avec 15 en moyenne).

Pittsburgh Steelers (2-2)

Que dire des Steelers ? Moyens en défense, ils ont le potentiel offensif de battre n’importe quelle équipe de la ligue. Mais depuis le début de saison, la franchise se distingue par son irrégularité parfois même au cours du même match. Ce fut le cas lors de la première journée lorsqu’ils ont failli se faire rattraper par les Browns. Ils ont ensuite pris l’eau à Baltimore avant de corriger les Panthers à l’extérieur. Et alors qu’on les pensait enfin parti, ils chutent à domicile face à Tampa…

La force des Steelers c’est l’attaque. Ben Roethlisberger, Le’Veon Bell et Antonio Brown composent peut-être le meilleur trio actuel en NFL, pas étonnant de voir Pittsburgh au-dessus des 400 yards par match (412). Si l’équipe règle quelques problèmes défensifs, elle peut inquiéter beaucoup de monde.

Cleveland Browns (1-2)

Comme d’habitude les Browns sont à la dernière place. Mais ils sont surement les « meilleurs derniers », et serait surement classés plus haut dans une division moins relevées que l’AFC North. Tous les matchs de Cleveland se sont terminés avec un écart inférieur à 3 points. Malheureusement ils ont perdu les deux contre des rivaux de la division, Baltimore et Pittsburgh. En revanche la victoire face aux Saints prouve qu’il y a de la qualité dans cette équipe.

Sans être excellent, Brian Hoyer tient la route et repousse l’entrée en piste de Johnny Manziel. Et les running-backs rookies sont surprenants dans le jeu au sol. La défense, qui devait être le point fort de l’équipe, est en difficulté. Elle encaisse 425 yards par match (30ème NFL) et a du mal à bloquer le jeu de passe comme le jeu au sol.

AFC SOUTH

Jusqu'où J.J Watt peut emmener les Texans ? (photo : thesudburystar.com)
Jusqu’où J.J Watt peut emmener les Texans ? (photo : thesudburystar.com)

Houston Texans (3-1)

Après 4 matchs, Houston a gagné plus de matchs qu’en 2013 et pointe devant Indianapolis au classement. Pourtant il est difficile de voir cette équipe viser les playoffs. La faute à un quarterback, Ryan Fitzpatrick, qui compte autant de touchdowns que d’interceptions (5). Le calendrier va se compliquer rapidement, et les Texans devraient donc rentrer dans le rang.

Ryan Fitzpatrick et l’attaque de Houston peinent à marquer beaucoup de touchdowns. Hopkins en compte 3 par  contre Andre Johnson est toujours muet. Au sol, Arian Foster semble de retour à bon niveau. La défense est assez solide mais se repose trop sur les performances de J.J Watt, qui est actuellement le meilleur défenseur de la NFL et peut-être le meilleur joueur tout court.

Indianapolis Colts (2-2)

Après avoir débuté par deux défaites serrées contre Denver et Philadelphia, les Colts se sont repris en corrigeant les Jaguars et les Titans. Andrew Luck & co ont marqué plus de 40 points lors de ces deux matchs. La suite du calendrier est assez compliquée avec notamment l’AFC North au programme.

Andrew Luck est-il en train de rentrer dans l’élite des quarterbacks ? Son début de saison tend dans cette direction. Avec 1305 yards, 13 touchdowns (pour 4 interceptions) et un rating de 108, il est sur les bases pour atteindre les 5000 yards et pour battre le record de 55 TD de Peyton Manning.

Tennessee Titans (1-3)

La franchise a fait illusion en allant battre Kansas City en ouverture de la saison, mais depuis les Titans ont perdu leurs trois matchs en encaissant chaque semaine plus de points. L’équipe a pris un 100 à 34 sur les trois dernières rencontres.

Evidemment Jake Locker s’est blessé et a loupé le match à Indianapolis. La défense est moyenne, bien qu’assez efficace face au jeu de passe. Le running-back rookie Bishop Sankey monte en puissance et prend progressivement du temps de jeu à Shonn Greene.

Jacksonville Jaguars (0-4)

Sur les 4 premières journées, Jacksonville est surement la plus mauvaise équipe de la ligue. Avant dernière attaque, dernière défense… Après avoir mené 17-0 à la mi-temps à Philadelphia lors du premier match, les Jaguars ont pris que des fessées. Bilan, 152 point encaissés et un différentiel de – 94.

Comme prévu Chad Henne a tenu quelques matchs avant d’être mis sur le banc. L’ère du rookie Blake Bortles est donc lancée, il a connu sa première titularisation dimanche à San Diego. Il a déjà montré qu’il avait des qualités que beaucoup de quarterbacks de NFL n’ont pas, et il va donc avoir du temps de jeu dès cette saison pour s’aguerrir à l’élite.

AFC WEST

Rivers, MVP après 4 journées ! (photo : utsandiego)
Rivers, MVP après 4 journées ! (photo : utsandiego)

San Diego Chargers (3-1)

Les Chargers peuvent-ils disputer le titre de division à Denver. Sur le début de saison, la réponse est oui car San Diego joue bien des deux côtés du terrain. La seule défaite date de la 1ère journée, d’un petit point à Arizona. Depuis trois victoires convaincantes dont une de prestige face aux Seahawks.

L’une des raisons des bonnes performances des Chargers, c’est Philip Rivers. Le quarterback s’épanouit dans le système de Mike McCoy, et serait surement le favori pour le trophée de MVP si la saison se terminait aujourd’hui. Il affiche 70% de passes réussies, 1155 yards et 9 touchdowns pour 1 seule interception, soit un rating de 114.5. De quoi compenser les pertes de Mathews et Woodhead. La défense est également très bonne, avec seulement 15.8 points encaissés en moyenne, et une solidité contre le jeu de passe comme le jeu au sol.

Denver Broncos (2-1)

Avec Cincinnati et San Diego, les Broncos complètent le podium de l’AFC après 4 matchs. Moins éblouissants offensivement qu’en 2013, ils sont en revanche plus solide défensivement. Leur seule défaite a eu lieu à Seattle, lors de la revanche du Super Bowl. Denver a de nouveau perdu, mais l’écart semble s’être réduit.

Peyton Manning reste Peyton Manning, il n’y a donc pas d’inquiétudes à avoir pour Denver. L’équipe retrouvera son efficacité offensive lorsque Demaryius Thomas sera remis à 100% de sa petite blessure au pied. Emmanuel Sanders a lui parfaitement remplacé Eric Decker. Le jeu au sol est moins fort avec Montee Ball qu’il ne l’était avec Knowshon Moreno.

Kansas City Chiefs (2-2)

Les Chiefs semblaient prendre le chemin d’une équipe de bas de classement en perdant leurs deux premiers matchs, dont un à domicile contre les Titans. Finalement, sur les deux dernières semaines, l’équipe s’est transformé en machine offensive et a surclassé Miami (35-15) et New England (41-14). Soit les Chiefs sont lancés, soit l’AFC East est très faible.

Le jeu au sol reste le point fort de l’équipe. Même lorsque Jamaal Charles était indisponible, son remplaçant Knile Davis a assuré. Alex Smith manque en revanche toujours d’armes dans le jeu de passe. La défense s’est montré solide sur les deux derniers matchs et à les joueurs pour faire partie des meilleurs de la ligue.

Oakland Raiders (0-4)

Comment résumer la situation à Oakland ? La preuve que ça ne va pas est simple, Dennis Allen a été remercié après la grosse défaite des Raiders à Londres face aux Dolphins. Allen part avec un bilan de 8 victoires et 28 défaites. Tony Sparano prend l’intérim.

Le match face à Miami a résumé les problèmes des Raiders. L’attaque ne parvient pas à marquer (32ème avec 12.8 points par match). Matt Schaub sur la touche, c’est le rookie Derek Carr qui est au centre de l’attaque, mais mal protégé par sa ligne  il est constamment mis sous pression par les défenses adverses. Le jeu au sol est une catastrophe (32ème avec 61 yards par match). Quant à la défense, elle se fait perforer par les running-backs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s