Carolina, Baltimore, Indianapolis et Dallas passent. Retour sur le week-end des Wild-Cards.

Publié le Mis à jour le


Quel bonheur de retrouver l’ambiance des playoffs! Les Wild-Cards sont une sorte de mise en bouche avant les meilleurs week-ends de NFL. Sur les quatre matchs de ce premier tour, je n’ai réellement vibré que sur le Dallas-Detroit, les autres étant moins animés et disputés. Retour sur les quatre affiches.

Luke Kuechly et la défense des Panthers reviennent en forme au bon moment (photo : carolina-panthers-nation.fr)
Luke Kuechly et la défense des Panthers reviennent en forme au bon moment (photo : carolina-panthers-nation.fr)

La défense des Panthers trop forte pour l’inexpérimenté Lindley.

Carolina Panthers 27 – Arizona Cardinals 16

Et oui, on peut terminer avec un bilan négatif (7-8-1) et gagner en playoffs. Le début de saison médiocre des Panthers est loin, car la franchise reste maintenant sur 4 victoires de rang. Une situation inverse de leur victime du jour, Arizona, qui avait débuté la saison sur les chapeaux de roues avant de connaître une fin de saison plus compliquée, notamment à cause des blessures. Finalement, l’important est d’arriver en forme au bon moment.

Si on mettait les bilans de côté pour ce match, il était simple de voir que la mission était dure pour les Cardinals. Sans ses deux quarterbacks (Palmer et Stanton), blessés, c’est Ryan Lindley qui était titulaire. Le QB arrivait en playoffs avec seulement 2 passes de touchdown en carrière, lancées la semaine dernière face à San Francisco. Lindley devait qui plus est mener l’attaque, qui était également sans son running-back titulaire (Ellington). Une inexpérience qui a finalement coûté chère à Arizona.

Face à une défense des Panthers retrouvée, au niveau de celle de la saison passée, Ryan Lindley a eu toutes les peines du monde à faire avancer son attaque. Carolina a contenu son adversaire, qui n’a totalisé que 77 yards au total, le plus bas total de l’histoire en playoffs. Lindley se fait intercepter 2 fois et sacker à 4 reprises. La défense est également à blâmer pour les Cards, elle encaisse 188 yards au sol alors qu’elle faisait partie des meilleures contre le jeu au sol.

De l’autre côté, Carolina gagne 386 yards. Cam Newton totalise 198 yards et 2 TD à la passe, et Jonathan Stewart ajoute 123 yards et 1 TD au sol. La défense a parfaitement stoppé Arizona, et l’attaque a converti suffisamment d’occasions pour s’offrir une victoire tranquille.

Fin de parcours pour les Cards, qui peuvent tout de même être satisfaits de leur saison. Bruce Arians, Todd Bowles and co. ont fait de grandes choses avec un effectif décimé par les blessures. Pour Carolina, la prochaine étape sera du côté de Seattle face au champion en titre, pour un match qui s’annonce physique.

Joe Flacco peut-il refaire le même coup qu'en 2013 ? (Rantsports)
Joe Flacco peut-il refaire le même coup qu’en 2013 ? (Rantsports)

Baltimore s’offre son rival à l’extérieur.

Pittsburgh Steelers 17 – Baltimore Ravens 30

A l’annonce de cette affiche entre les deux rivaux de l’AFC North, je penchais (comme beaucoup) pour Pittsburgh et son trio d’attaque. Lorsque le running-back Le’Veon Bell a été annoncé indisponible pour le match, cette confiance a bien baissé et je voyais un match serré, comme souvent, qui peut basculer des 2 côtés.

Ce fut le cas pendant une mi-temps, puisque les Ravens rentraient aux vestiaires avec un petit point d’avance (10-9). Joe Flacco et la défense de Baltimore ont ensuite haussé leur niveau de jeu en seconde période pour faire la différence. Le QB trouve d’abord Torrey Smith dans le troisième quart-temps pour porter le score à 20-9. Puis le tournant du match a lieu dans la dernière période. Big Ben se fait intercepter par (les jambes de) Terrell Suggs, et sur l’action suivante Flacco envoie Gillmore dans la end-zone pour tuer le match. Suggs et la défense des Ravens ont fait une grosse partie, notamment en mettant constamment Roethlisberger sous pression (5 sacks).

Avant ce fait de match, Big Ben réussissait plutôt bien à faire avancer son attaque, avec l’inévitable Antonio Brown pour attraper ses passes (117 yards). Mais les Steelers n’ont pas converti suffisamment d’occasions, des field-goals mais pas de touchdowns. Big Ben termine avec 334 yards, 1 TD et 1 interception. L’absence de Le’Veon Bell s’est fait sentir, le jeu au sol a été quasi inexistant.

Pour Baltimore, a-t-on retrouvé le Joe Flacco des playoffs ? Celui qui avait mené son équipe au tire et avait été élu MVP sur Super Bowl en 2013 ? Sur ce match il a très bien joué et termine avec 258 yards (18/29) et 2 TD. Il a pris ses responsabilités, d’autant plus que le jeu au sol a eu du mal, Justin Forsett ne gagnant que 36 yards en 16 courses.

Au prochain tour, les Ravens se déplaceront à Foxborough pour y affronter les Patriots. Pas forcément une bonne nouvelle pour New England, qui ne réussit pas très bien contre Baltimore.

Dalton perd encore une bataille en playoffs, face à un grand Luck (ESPN)
Dalton perd encore une bataille en playoffs, face à un grand Luck (ESPN)

Andrew Luck en leader. Andy Dalton chute encore.

Indianapolis Colts 26 – Cincinnati Bengals 10

Les années se suivent et se ressemblent pour Andy Dalton et les Bengals. Pour la quatrième saison de suite, Dalton perd au premier tour des playoffs. Le QB n’est pas le responsable de la défaite face aux Colts dimanche, mais il n’a pas fait grand-chose pour faire gagner son équipe. Avec seulement 155 yards et aucun touchdown, il n’a pas réussi à faire avancer l’attaque face à une défense pourtant prenable. Le seul touchdown des Bengals est venu du jeu au sol, sur une course de Jeremy Hill.

A l’inverse, Andrew Luck, qui avait échoué en wild-card lors de sa première saison, gagne son deuxième match en playoffs. La saison dernière il avait réalisé un gros comeback face aux Chiefs, il s’est moins employé cette année. Mais c’est bien lui qui a fait la différence en sortant un gros match. 376 yards (31/44) et 1 TD, son troisième match à plus de 300 yards en playoffs (sur 3). Le jeu au sol a également été efficace, avec le duo Herron / Tipton. Trent Richardson est définitivement grillé.

Indianapolis ne menait que 13-10 à la mi-temps. Le touchdown qui permet aux Colts de prendre 10 points d’avance est splendide. Andrew Luck échappe au blitz en sortant de sa pocket vers l’avant, et alors qu’il tombe il lance une merveille de passe pour Donte Moncrief. Une action de grande classe.

Luck et les Colts se rendront à Denver pour le prochain match. Un beau duel en perspective entre l’ex-légende d’Indy, Peyton Manning, et la nouvelle star, Andrew Luck.

Pour Cincinnati, le débat sur la capacité de gagner avec Andy Dalton et Marvin Lewis va surement se rouvrir. Les Bengals sont devenus la première franchise de l’histoire à perdre quatre fois de suite au premier tour des playoffs, et je ne pense que les dirigeants veulent une image de franchise de la « loose ».

Tony Romo et les Cowboys réussissent un beau comeback (ABC)
Tony Romo et les Cowboys réussissent un beau comeback (ABC)

Dallas se qualifie au terme d’un match splendide.

Dallas Cowboys 24 – Detroit Lions 20

Le meilleur pour la fin. La dernière affiche des wild-cards nous a réservé le plus beau match du week-end. Largement dominés en début de rencontre, Tony Romo et les Cowboys ont réalisé un joli comeback.

Car oui, Tony Romo a fait la différence en attaque pour Dallas en fin de match. DeMarco Murray a mis beaucoup de temps à rentrer dans son match, il a été précieux mais a moins pesé que d’habitude. Dez Bryant a lui bien été contenu par la défense de Detroit. Du coup Romo a pris ses responsabilités.

Plusieurs actions ont été clés dans ce match fou. La première est le touchdown de Dallas en fin de première mi-temps. Ultra dominés et menés 14-0, les Cowboys vont réduire l’écart juste avant la pause grâce à un touchdown de 76 yards de Terrance Williams. Le deuxième moment fort a lieu dans le dernier quart-temps. Detroit mène 20-17 à ce moment. Sur 3rd down, Stafford cherche un receveur qui semble être gêné. Les arbitres appellent d’abord une « pass interference » qui donne un 1st down aux Lions, avant de finalement se raviser dans l’incompréhension générale. Il y a peut-être un facemask du receveur en même temps, ce qui explique l’annulation de la pénalité, mais le manque de communication des arbitres sur le moment est très étonnant. Après cette action controversée, Dallas récupère la balle et Romo envoie Terrance Williams pour donner l’avantage à son équipe. La dernière possession est ensuite incroyable. Stafford est sacké par Spencer, Lawrence récupère la balle mais fumble à son tour. Detroit reste en vie. Ce même Lawrence va finalement mettre fin au match en forçant un nouveau fumble de Stafford. Wow! Fin de match haletante, j’étais stressé alors que je ne suis fan ni de Dallas ni de Detroit!

Matthew Stafford a globalement été le meilleur quarterback sur le terrain, il finit avec 323 yards (28/42), 1 TD et 1 interception. Mais Tony Romo a su hausser son niveau de jeu et faire la différence en fin de match, il termine avec 293 yards (19/31) et 2 TD.

Au prochain tour, Dallas (8-0 à l’extérieur) se déplacera à Green-Bay (8-0 à domicile).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s