Divisional Round : Hiérarchie respectée dans la NFC. Luck domine Manning et affrontera Brady.

Publié le Mis à jour le


Quand je vous vendais le plus beau week-end de football de l’année, je ne mentais pas. Les quatre demi-finales de conférence nous ont offert du très grand football. Les deux soirées ont débuté de la même façon, avec deux rencontres de grande qualité et très serrées. Le week-end s’est terminé avec une surprise et l’élimination de Denver. Retour sur du grand football.

4ème finale de conférence consécutive et 9ème au total pour Tom Brady (Getty Images)
4ème finale de conférence consécutive et 9ème au total pour Tom Brady (Getty Images)

Brady bat des records et les Pats s’en sortent

  • Le résultat : New England Patriots 35 – Baltimore Ravens 31
  • Les meilleurs joueurs :
  1. Tom Brady
  2. Joe Flacco
  3. Rob Gronkowski

Quel match ! Le week-end ne pouvait guère mieux commencer. Menés de 14 points à deux reprises au cours du match, les Patriots ont réussi à revenir à chaque fois pour finalement s’imposer sur le fil face à une belle équipe de Baltimore. Voici les clés du match.

  • Les Ravens ont globalement dominés le match, sur les deux lignes. La ligne défensive a contenu le jeu au sol des Pats (14 yards seulement) et a mis la pression sur Brady, qui a parfois montré des signes de frustration. Quant à la ligne offensive, elle a été solide et a permis une belle performance de Justin Forsett au sol (129 yards en 24 courses, soit un joli 5,4 yards de moyenne). Le plan de jeu du coordinateur offensif Gary Kubiak était parfait. Le style du coach John Harbaugh, avec notamment quelques 4th down réussis a également été performant.
  • Joe Flacco avait encore sa magie spéciale playoffs pendant 45 minutes. Mais sa formidable série de 16 touchdowns sans interception (198 passes) s’est terminée avec deux pertes de balle en fin de rencontre. Les lignes secondaires de New England ont été décisives au bon moment. Le QB de Baltimore termine avec 292 yards (28/45), 4 TD et 2 INT, un match solide.
  • Darrelle Revis a connu l’un de ses plus mauvais matchs de la saison. La raison, Steve Smith. Le receveur de Baltimore lui a mené la vie impossible, en marquant un touchdown, et en le forçant à deux pénalités (soit autant que durant toute la saison). Smith a d’ailleurs dépassé les 1000 yards et 10 TD en playoffs.
  • Tom Brady était déjà l’un des plus grands QB de l’histoire avant le match évidemment, mais il a ajouté quelques records et est devenu le plus grand en playoffs. Déjà recordman du nombre de matchs et de victoires, il a battu le record de yards et de touchdowns. Au niveau des yards il a passé provisoirement Peyton Manning. Avec ses 3 TD, il dépasse Brett Favre et Joe Montana et en totalise 46. Brady finit avec 367 yards (33/50), 4 TD et 1 INT. Il accède à sa quatrième finale de conférence consécutive, sa neuvième au total !
  • Avec 7 réceptions pour 108 yards, Rob Gronkowski a encore été le joueur le plus dominant de l’attaque des Patriots. Amendola a réussi son meilleur match de la saison, avec 81 yards et 2 TD. Edelman s’est lui illustré avec une superbe passe de touchdown, pour Amendola justement, dans le troisième quart-temps. Rappelons qu’il était QB à Kent State University.
Kam Chancellor est surement  le safety le plus physique depuis Troy Polamalu (Getty Images)
Kam Chancellor est surement le safety le plus physique depuis Troy Polamalu (Getty Images)

Kam plus fort que Cam, Seattle s’impose en champion

  • Résultat : Seattle Seahawks 31 – Carolina Panthers 17
  • Les meilleurs joueurs :
  1. Russell Wilson
  2. Kam Chancellor
  3. Jermaine Kearse

Le champion en titre a démontré sa supériorité sur une équipe de Carolina qui a terminé avec un bilan négatif. Derrière un Russell Wilson efficace et une Legion of Boom intraitable, les Seahawks se rapprochent d’un second Super Bowl de rang. Résumé.

  • Du côté de l’attaque des Seahawks, on se demande combien de temps ils peuvent tenir avec si peu d’armes. Depuis les départs de Golden Tate et Percy Harvin, le corps de receveurs est très léger. Mais grâce au talent de Russell Wilson, même Jermaine Kearse ou Doug Baldwin ont des airs de numéro 1. Le jeune QB a de nouveau livré un match impeccable, avec 268 yards (15/22) et 3 TD. Il est très précis dans ses passes, même sous pression. Sa capacité d’improvisation est hors du commun. Une petite stats incroyable sur ce match, il termine avec 8/8 pour 200 yards et 3 TD sur 3rd down. Son rating final de 149.2 est dans le top 5 de l’histoire es playoffs.
  • Marshawn Lynch a lui aussi été efficace même s’il n’a pas beaucoup couru (59 yards en 14 courses). En conférence d’après match, le running-back a changé de mot pour répondre aux journalistes et éviter d’être mis à l’amende par la NFL. Le mot du jour était « I’m thankful », quelque soit la question….
  • La “legion of boom” a encore frappé. Richard Sherman a rapidement montré à Cam Newton qu’il ne fallait pas le tester en l’interceptant tôt dans le match. Le joueur le plus en vue de ces lignes secondaires de Seattle a été Kam Chancellor. Safety ultra physique, il est redoutable au plaquage (celui sur Mike Tolbert était impressionant), mais n’oublie pas le travail de couverture. Son interception dans le red-zone retournée en touchdown a tué le match.
  • Pour donner du crédit à Cam Newton et aux Panthers, Cam Newton n’a pas eu peur de challenger ces lignes secondaires de Seattle. Cela n’a certes pas toujours payé (2 interceptions), mais Newton a eu le mérite de continuer à tenter de trouver ses receveurs dans la profondeur. Le QB de Carolina termine avec 246 yards (23/36), 2 TD pour le rookie Kelvin Benjamin et 2 INT. Malgré le manque d’option il est parvenu à garder son équipe dans le match pendant 3 quart-temps, avant de lancer une interception fatale.
Diminué ou pas, Aaron Rodgers est exceptionnel (Fansided)
Diminué ou pas, Aaron Rodgers est exceptionnel (Fansided)

Même sur une jambe, Aaron Rodgers est le plus fort

  • Résultat : Green Bay Packers 26 – Dallas Cowboys 21
  • Meilleurs joueurs :
  1. Aaron Rodgers
  2. Tony Romo
  3. DeMarco Murray

Très visiblement gêné par son mollet pendant une grande partie du match, Aaron Rodgers a rappelé à tout le monde pourquoi il est le meilleur joueur de la ligue en menant son équipe à la victoire en fin de match. Les Cowboys n’ont pas démérité et se sentiront peut-être floués après cette défaite.

  • Car oui, la question qui se pose toujours maintenant c’est : est-ce que Dez Bryant avait contrôlé le ballon ? Cette question, d’abord répondu positivement par les arbitres avant d’être annulé suite au challenge de McCarthy, est le tournant du match. A ce moment, on était sur 4th down et Dallas n’avait que 5 points de retards. Tony Romo prend ses responsabilités et envoie une superbe passe vers Dez Bryant. Le receveur saute plus haut que son défenseur et retombe juste devant la end-zone avec le ballon dans la main. Les arbitres valident la réception et les Cowboys se retrouvent en très bonne position. McCarthy décide alors d’utiliser son drapeau rouge pour challenger la décision. Il a bien fait car les arbitres jugent finalement que la balle bouge au moment où Bryant touche le sol, et d’après les règles il n’a donc pas le contrôle total du ballon… Le receveur ne comprend pas, la twittosphère est divisée… Encore aujourd’hui. C’est en tout cas la fin des espoirs de Dallas, car les texans ne reverront pas la balle.
  • Avant ce dénouement controversé, les Packers ont fait la majeure partie du match derrière au score. Menés 14-10 à la mi-temps puis 21-20 après trois quart-temps, Aaron Rodgers va finalement inverser la tendance. Et pourtant, le quarterback n’était pas lui-même pendant une grande partie de la rencontre, visiblement gêné par son mollet. Sa mobilité s’en ai ressenti et il a eu du mal à régler ses passes longues. Il rentrait aux vestiaires en boitant avec seulement 90 yards. Mais le probable MVP est redevenu lui-même au meilleur moment et sa passe sur le touchdown de Richard Rodgers est un modèle de précision. Il finit le match avec 316 yards (24/35) et 3 TD. Il a également pu compter sur les grosses prestations de Davante Adams (117 yards, 1 TD) et Randall Cobb (116 yards).
  • Face à lui, Tony Romo a bien répondu et le QB ne pourra pas être tenu responsable de défaite. Quand il a dû prendre ses responsabilités, il l’a fait proprement et de manière efficace. Il réussit 15 de ses 19 passes tentées et finit avec 191 yards et 2 TD. Sa passe sur la réception annulée de Dez Bryant était parfaite. Rappelons que lui aussi jouait un peu blessé.
  • Pour économiser leurs quarterbacks, McCarthy et Garrett ont beaucoup utilisé le jeu au sol. Pour Green Bay, Eddie Lacy a été efficace en postant 101 yards en 19 courses (5,3 de moyenne). Le duel face à Lynch en finale de conférence s’annonce physique. Chez les Cowboys c’est bien évidemment DeMarco Murray qui a mené la danse, avec 123 yards en 25 courses (4,9 de moyenne), 1 TD et 1 fumble. Le RB de Dallas finit sa saison comme il l’avait commencé.
Une photo aux allures de passation de pouvoir entre Manning et Luck
Une photo aux allures de passation de pouvoir entre Manning et Luck

Une victoire avec des airs de passation de pouvoir

  • Résultat : Denver Broncos 13 – Indianapolis Colts 24
  • Meilleurs joueurs :
  1. Andrew Luck
  2. Vontae Davis
  3. OL des Colts

Le dernier match du week-end était surement le plus symbolique. Peyton Manning, ancienne gloire d’Indianapolis, recevait Andrew Luck, nouvelle star des Colts. Le résultat du match ressemble à une passation de pouvoir entre l’un des plus grands quarterbacks de l’histoire et la future grande star de la ligue.

  • L’une des raisons de la défaite des Broncos est évidemment la petite forme de Peyton Manning. Le quarterback a eu du mal toute la soirée à trouver ses receveurs, notamment dans la profondeur. Il ne termine qu’à 6/21 sur les passes de plus de 5 yards… Il finit le match avec seulement 211 yards (26/46), 1 TD et 1 fumble perdu. Il faut également pointer du doigt le formidable travaille des cornerbacks des Colts, et notamment de Vontae Davis. Sur la saison, il est au niveau des Richard Sherman et autres top corner de la ligue.
  • L’autre raison de la défaite est l’incapacité de la défense de mettre la pression sur Andrew Luck. Menés par les redoutables Von Miller et DeMarcus Ware, le front seven des Broncos repart avec 0 sack et seulement 4 coups sur Andrew Luck. La ligne offensive d’Indianapolis a fait un super boulot et donner beaucoup de temps à son quarterback.
  • Andrew Luck justement qui a livré une performance à l’image de sa saison. Impressionnant durant quasiment tous le match, avec des passes que seul lui semble capable de faire, il a aussi lancé deux interceptions. Ces erreurs sont le seul petit point noir dans le jeu de Luck, mais il tente tellement que cela peut arriver. S’il parvient à baisser son nombre d’interceptions, il ne sera pas loin d’être le meilleur à la position (derrière Rodgers).
  • Une des clés du succès des Colts en playoffs est l’émergence de nouvelles armes au sein de l’attaque. Avec Trent Richardson mis de côté et Reggie Wayne en bout de course, il fallait de nouvelles cibles pour Luck. Ses tight-end, Fleener et Allen étaient déjà montés en puissance durant la saison. Depuis plusieurs match et notamment les deux de playoffs, Daniel « Boom » Herron fait du bien au sol, et Donte Moncrief apporte de la profondeur au corps de receveurs.
  • L’intersaison va être mouvementée à Denver où beaucoup de changements sont à prévoir. La première réaction a évidemment été de se poser la question sur l’avenir de Peyton Manning. Visiblement dans le dur physiquement, a-t-il les moyens de revenir compétitif la saison prochaine ? Mais la première décision est venue du staff. John Elway et John Fox ont décidé de se séparer après 4 saisons de collaboration. Le coach part avec un bilan de 46 victoires pour 18 défaites, 4 titres d’AFC West et 1 Super Bowl perdu.

——————————————————————————————————————————————————————————–

Pour terminer, et même si Charlie Hebdo ne s’intéresse surement pas à la NFL, je souhaitais dédier cet article aux victimes des attentats de la semaine dernière. Un petit article sur le plus beau week-end de football pour la liberté d’expression. Les sujets sont différents mais la finalité est la même, nous souhaitons tous parler de ce que nous voulons et aimons… NFL-France est Charlie.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Divisional Round : Hiérarchie respectée dans la NFC. Luck domine Manning et affrontera Brady. »

    Thierry Padilla a dit:
    13 janvier 2015 à 6:08

    Merci pour ce résumé.

    Grosse déception sur le match Denver Colts, le « moins » plaisant de tous à mon sens. Je pense quand même que la défense de Denver à fais le boulot, mais a rester si longtemps sur le terrain, elle à trop souffert…. Bien sur l’OL des colts à été fantastique…. Les colts vont t’ils parvenir à faire taire aussi Brady gronk et les pats ???? To be continued…

      Damien Foreau a répondu:
      14 janvier 2015 à 9:08

      Je suis d’accord que c’était le moins bon match du week-end. Heureusement qu’Andrew Luck nous a fait quelques passes magiques.
      Au niveau de la défense, j’attendais plus du pass-rush et notamment du duo Von Miller – DeMarcus Ware (24 sacks à eux deux). Aqib Talib a également eu du mal contre T.Y Hilton, et Chris Harris aurait surement mieux défendu sur lui.

      Autre beau duel la semaine prochaine pour Luck face à Brady. Je pense que les Pats sont globalement plus forts, mais c’était le cas aussi des Broncos…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s