Présentation des wild-cards de la NFC

Publié le


Samedi, la deuxième partie de la saison de NFL débute avec le tour des wild-cards. 8 des 12 équipes seront sur les terrains pour tenter de se rapprocher un peu plus du Super Bowl 50 à Santa Clara en Californie.

Chaque année, les matchs de wild-cards sont intenses et souvent fous et pleins de surprises. Pour continuer à rentrer dans ce tour de playoffs, voici la  présentation des 2 matchs dans la NFC. Forces, faiblesses, facteurs X et joueurs clés, vous saurez tout.

Adrian Peterson aura fort à faire face à la défense des Seahawks (Seattle Times)
Adrian Peterson aura fort à faire face à la défense des Seahawks (Seattle Times)

Minnesota Vikings VS Seattle Seahawks

Dimanche 10 janvier, 19h05 au TCF Bank Stadium

Bilan de la saison régulière

Les Vikings (11-5) ont fait le boulot pour remporter la NFC North lors de la dernière journée. Alors qu’ils ont eu un petit passage à vide en novembre, avec notamment une défaite à domicile contre les Packers, ils semblaient se diriger vers une wild-card. Mais des joueurs défensifs importants sont revenus et Minnesota a terminé par 3 victoires dont la finale de la NFC North à Green Bay lors de la week 17. Comme cadeau de titre, les Vikings ont hérité des Seahawks en wild-card.

Une équipe de Seattle (10-6) qui a mis une première partie de saison moyenne aux oubliettes. En effet, sur la deuxième moitié, peu d’équipes sont aussi impressionnantes. Russell Wilson joue à un niveau exceptionnel et les Seahawks valent beaucoup mieux que la 6ème place de la conférence nationale.

Les Seahawks ont d’ailleurs corrigé les Vikings au TCF Bank Stadium il y a quelques semaines, 38 à 7.

Point forts, points faibles et facteurx X

Minnesota 

Le point fort des Vikings est clairement le jeu au sol. Lorsqu’Adrian Peterson va, tout va ; pour parler en chiffres, lorsqu’A.P touche beaucoup la balle ou dépasse les 100 yards, Minnesota gagne. Les Vikings sont à 8-1 lorsque le RB court plus de 20 fois et à 7-0 lorsqu’il passe les 100 yards. Peterson est la star de l’équipe et donc la clé du succès en playoffs. Rappel : Seattle avait contenu A.P à seulement 8 courses et 18 yards lors de la week 13…

Car le point faible est le jeu de passe. Teddy Bridgewater n’est pas mauvais, mais il ne peut pas faire gagner tout seul cette équipe. Le jeu aérien des Vikings est très conservateur, Bridgewater ne lançant la balle en profondeur que très rarement (seuls les Chiefs le font moins). Cela vient du plan de jeu évidemment, mais également du manque de confiance du QB dans son jeu vertical. Quasiment toutes ces interceptions ont eu lieu sur des passes longues. Pour avoir une chance face à Seattle, ce jeu de passes devra être plus performant.

Mais le facteur X numéro 1 (Bridgewater sera le 2) sera la capacité que la défense de Minnesota aura à mettre la pression sur Russell Wilson. Le pass-rush des Vikings est bon, avec un edge-rusher performant en Everson Griffen, avec un linebacker adepte du blitz comme Anthony Barr, ou encore avec un safety comme Harrison Smith qui vient en soutien. Cet aspect du jeu pourrait être la clé car la ligne offensive des Seahawks est relativement faible et la défense des Vikings a les moyens de la dominer.

Seattle                              

Difficile de ne trouver qu’un point fort à cette équipe actuellement, donc je vais en prendre 2. Un que je détaillerai ici (la défense), l’autre que je développerai un peu plus loin (Russell Wilson).

Longtemps critiquée sur la première partie de la saison, la défense de Seattle a progressivement retrouvé son niveau et termine la saison avec la plus faible moyenne de points encaissés pour la troisième année de suite (17.3). Les Seahawks terminent avec la meilleure défense au sol et la seconde conte le jeu aérien. Michael Bennett, Cliff Avril et Bruce Irvin s’occupent du pass-rush, Bobby Wagner contrôle le milieu et la « Legion of Boom » s’est reformée pour annihiler le jeu de passes. Pour rappel, Minnesota n’avait gagné que 125 yards au total contre les Seahawks lors de la week 13…

Le point faible a déjà été abordé un peu plus haut, c’est la ligne offensive. Même si elle s’est solidifiée au fur et à mesure de la saison, ça reste la zone faible de l’équipe, comme en témoignent les 46 sacks alloués (6ème NFL).

Le facteur X de ce match sera peut-être Marshawn Lynch. Le RB sera de retour après avoir manqué une bonne partie de la saison à cause d’une blessure. Russell Wilson a montré qu’il pouvait faire gagner son équipe sans un jeu au sol très performant (ce qui n’était pas le cas avant), mais en cas de match serré, la puissance du RB pourra être très utile.

Les joueurs à suivre

La superstar offensive des Vikings est bien sûr l’homme à suivre dans cette attaque. Adrian Peterson est revenu à son meilleur niveau après une saison de suspension. Il a rapidement fait taire les pessimistes et s’offre un nouveau « rushing title » avec ses 1485 yards (4.5 AVG, 11 TD).

Du côté des Seahawks, Russell Wilson a franchi un cap et est devenu le véritable leader de l’équipe. Avant, la défense ou Marshawn Lynch faisaient gagner Seattle, maintenant c’est le QB. Wilson a terminé la saison à un niveau de jeu incroyable avec 24 touchdowns pour seulement 1 interception sur les 7 derniers matchs, du jamais vu en NFL. Globalement sur la saison, il bat tous ses records, en yards (4024), TD (34)…

En défense, j’ai choisi Anthony Barr pour Minnesota. Le jeune linebacker aura un rôle clé au milieu de la défense des Vikings, entre rideau contre le jeu au sol et soutien dans le pass-rush grâce à ses capacités pour les blitz.

Pour Seattle, je pense que Kam Chancellor va avoir un rôle important comme sentinelle. Le jeu aérien des Vikings étant peu dangereux dans la profondeur, il pourra se rapprocher de ses linebackers afin de suivre Adrian Peterson et d’éviter qu’il ne s’échappe.

Prédiction

Le match sera surement plus serré que la dernière confrontation entre les deux équipes, mais les Seahawks semblent plus forts, plus armés pour continuer l’aventure. La défense est redevenue exceptionnelles, si elle parvient de nouveau à contenir Adrian Peterson, alors les Vikings auront du mal à scorer. Quant à l’attaque, elle continuera de régaler tant que Russell Wilson sera sur son nuage.

Le choix nfl-france : Seattle Seahawks

Kirk Cousins peut-il remporter son duel face à Aaron Rodgers ? (USA Today)
Kirk Cousins peut-il remporter son duel face à Aaron Rodgers ? (USA Today)

Washington Redskins VS Green Bay Packers

Dimanche 10 janvier, 22h40 au FedEx Field

Bilan de la saison régulière

Washington (9-7) est un peu l’équipe surprise côté NFC, car peu de personnes les voyaient remporter la NFC East, où ils faisaient figure de moins bon élève avant la saison. Mais la division a été très mauvaise et les trois autres franchises décevantes, et les Redskins en ont profité grâce à une bonne fin de saison et notamment 4 victoires pour terminer.

Pour Green Bay (10-6), le titre était possible mais la franchise a perdu la finale de la division face aux Vikings lors de la dernière journée. Très bien partis avec 6 victoires, les Packers ont ensuite eu beaucoup plus de mal, avec notamment des problèmes offensifs.

Points forts, points faibles et facteurs X

Washington

Kirk Cousins est chaud et globalement l’attaque aérienne est performante. Le retour de DeSean Jackson fait un bien fou et a permis au QB de retrouver une option (une des meilleures de la NFL peut-être) dans la profondeur. Pierre Garcon peut ainsi se concentrer sur le slot. Mais la cible numéro 1 de Cousins est son TE Jordan Reed, excellent sur la deuxième moitié de la saison et qui termine avec 87 réceptions, 952 yards et 11 TD.

La défense est moyenne et est plutôt en-dessous de celle des autres équipes restantes. Les Redskins sont en difficulté dans plusieurs zones, à part le pass-rush qui est performant. Le principal problème contre un QB comme Aaron Rodgers, c’est la défense contre le jeu de passes. Les Redskins étaient d’ailleurs tellement confiants qu’ils ont fait signer Cary Williams.

Mais le facteur X pour Washington, pour ce match mais particulièrement si la franchise continue d’avancer, c’est la défense contre le run. Les Redskins ont du mal à stopper les RB adverses (4.8 AVG, 30ème NFL) et cela pourrait être un problème face aux grosses attaques au sol de la NFC, à commencer par Green Bay si Eddie Lacy est dans un bon jour.

Green Bay

Même si sa saison est en-dessous de ses standards, Aaron Rodgers demeure l’arme la plus dangereuse de Green Bay. Le QB à l’expérience et le talent pour trouver son rythme en playoffs et redevenir le meilleur joueur de la ligue au bon moment. Il est moins bien entouré que lors des saisons précédentes, mais il est capable de faire bien jouer n’importe quel receveur quand il est au top.

Pour aider Rodgers à retrouver son meilleur niveau, il faudra que la ligne offensive le protège mieux. Rodgers s’est fait sacker 51 fois sur la saison (5ème NFL) dont 14 fois sur les deux derniers matchs. Les linemen doivent absolument éviter que le pass-rush de Washington d’arriver sur Rodgers, pour qu’il puisse développer son jeu mais aussi pour son intégrité physique.

L’autre facteur, peut être encore plus important, c’est la capacité des receveurs à hausser leurs niveaux de jeu. Randall Cobb doit prendre le costume de WR numéro 1 et Davante Adams doit être plus sûr dans ses réceptions.

Les joueurs à suivre

Lorsqu’il a pris le poste de titulaire en début de saison, peu de personnes pensaient que Kirk Cousins terminerait la saison d’une telle manière. Le QB à parfaitement mener son équipe pour décrocher le titre de division, avec 860 yards, 11 TD et 0 INT sur les 3 derniers matchs. Il affiche même un ratio excellent depuis la week 7 avec 23 TD pour seulement 3 INT, et sur la saison il bat le record de franchise avec 4166 yards. Pour Kurt Warner, il faut attendre avant de donner un gros contrat à Cousins, mais la progression est claire et le QB est chaud à l’orée des playoffs.

Mais pour remporter son duel en wild-cards, il devra prendre le dessus sur Aaron Rodgers. Même si c’est une saison moyenne pour lui, beaucoup de QB aimerait avoir ses stats. Il termine avec 3821 yards, 31 TD, 8 INT et 92.7 de rating, affichant ses plus basses stats en carrière en pourcentage de passes réussies (60.7) et en yards par tentatives (6.7). Mais le MVP a de la ressource et peut très bien se réveiller en playoffs.

En défense, j’aurai un œil sur le rookie Preston Smith. Il a réalisé une très bonne saison (8 sacks) et forme un beau trio de pass-rusher avec Ryan Kerrigan (9.5 sacks) et Chris Baker (6 sacks). Compte-tenu des faiblesses des lignes secondaires, leur rôle sera crucial pour ralentir Aaron Rodgers.

Chez les Packers, Clay Matthews est le leader défensif et aura un rôle hybride important. En plus de faire en sorte que le jeu au sol (moyen) de Washington ne se développe pas, il aura à l’œil chaque opportunité d’aller mettre la pression sur Kirk Cousins. Il compte 6.5 sacks cette saison.

Prédiction

La tendance actuelle va en faveur des Redskins, plus en forme et qui jouent à domicile, mais en regardant les chiffres de plus prêt je prends la tangente. Lors de la deuxième partie de saison, Washington a eu un calendrier facile contre des défenses qui ont fait briller Kirk Cousins (les trois plus mauvaises contre la passe notamment, Giants, Bears et Saints). Au contraire, les Packers n’ont pas eu de répit et ont affronté des défenses compliquées (dont 3 des meilleures, Broncos et Panthers à la suite, puis Cardinals). Ce match sera le plus favorable depuis bien longtemps pour Green Bay et je vois Aaron Rodgers remettre les choses dans l’ordre.

Le choix nfl-france : Green Bay Packers

389px-NFL_playoffs_logo_new.svg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s