Tom Brady et les Patriots remportent le Super Bowl 51

Publié le Mis à jour le


Pendant près de 3 quart-temps, Matt Ryan s’est comporté comme le MVP qu’il est en menant l’attaque des Falcons à un avantage de 25 points. Pendant près de 3 quart-temps, c’est la jeune défense d’Atlanta qui a su créer les pertes de balles décisives. Mais l’expérience nous a déjà appris qu’il ne faut jamais enterrer Tom Brady… Le QB des Pats a scellé sa légende avec un 5ème titre, acquis en prolongation et à la suite du plus gros comeback de l’histoire du Super Bowl.  

Les Patriots sont de nouveau champions ! (Getty)
Les Patriots sont de nouveau champions ! (Getty)

Le film du match

Le début de match est loin du feu d’artifice offensif annoncé. Les deux équipes peinent à mettre en place leurs attaques et aucun point n’est marqué lors du 1er quart-temps. Les deux franchises font 3&out sur leurs premiers drives, et les défenses parviennent à mettre la pression sur les quarterbacks.

Le premier moment important de la rencontre intervient alors que les Patriots ont la balle en tout début de 2ème quart-temps. LeGarrette Blount tente de se frayer un chemin dans la défense des Falcons mais il se fait arracher le ballon par le linebacker rookie Deion Jones. Atlanta récupère la balle. Matt Ryan trouve Julio Jones à 2 reprises dans les airs puis Devonta Freeman finit le travail en 3 courses. La défense a montré le chemin et l’attaque s’est mise en marche pour en profiter, 7-0 Falcons. Cette accélération va se confirmer rapidement, après que les Patriots soient contraints à un nouveau 3&out. Cette fois c’est Matt Ryan qui prend les choses en main en profitant d’une bonne position de départ sur le terrain. En 3 passes le QB d’Atlanta trouve Austin Hooper pour faire le break, 14-0.

Sur le drive suivant, une grande partie du public et des observateurs ont surement cru assister au tournant (quasi définitif) du match. Toujours en difficulté offensivement, les Pats vont bénéficier de plusieurs pénalités pour avancer dans le camp d’Atlanta. Mais alors que Tom Brady se rapprochait de la zone de vérité, il se fait intercepter par Robert Alford qui s’en va marquer 82 yards plus loin le 3ème touchdown des Falcons. Stephen Gostowski parvient à passer un field-goal juste avant la mi-temps mais les Pats rentrent aux vestiaires menés 21-3. Et à ce moment, tout le monde sait que le plus gros comeback de l’histoire du Super Bowl est de 10 points.

Les Falcons menaient 21-3 à la mi-temps... (Getty)
Les Falcons menaient 21-3 à la mi-temps… (Getty)

De retour de la pause, la situation ne va pas vraiment s’améliorer pour New England. Matt Ryan se tourne cette fois vers Taylor Gabriel, qui réalise 2 longues réceptions, puis le QB trouve Tevin Coleman pour corser un peu plus l’addition dès l’entame du 3ème quart-temps, 28-3. A -25, la messe est dite. Sauf qu’en face il y a un certains Tom Brady, un compétiteur hors pair qui n’abandonne jamais…

Sur le drive suivant, l’attaque des Pats devient plus efficace grâce notamment à une belle variété des jeux. Brady s’appuie souvent sur ses running-backs et finit par trouver James White pour le premier touchdown de son équipe. A ce moment, il ne reste que 2 minutes à jouer dans le 3ème quart-temps et les Pats accusent encore un retard de 19 points (Gostowski rate la transformation). Bill Belichick tente alors un pari avec un onside kick, qui hélas pour lui ne fonctionne pas. Atlanta récupère la balle au milieu du terrain mais un sack de Van Noy et Flowers sur 3ème tentative fait reculer les Falcons, qui doivent donc se dégager. Ce sont d’ailleurs 2 sacks qui empêchent les Pats de faire mieux qu’un field-goal sur la possession suivante. A moins de 10 minutes de la fin du match, Atlanta mène 28-12.

Vient alors l’action défensive cruciale des Pats. Matt Ryan ne voit pas arriver Dont’a Hightower sur sa droite (mal bloqué par Freeman) et se fait toucher le bras au moment d’armer sa passe. Alan Branch récupère le ballon sur les 25 yards des Falcons. Sacké une nouvelle fois, Tom Brady reste concentré et trouve rapidement Danny Amendola pour réduire l’écart. James White réussit la conversion à 2 points et voilà New England à 1 touchdown d’écart (28-20) avec 6 minutes à jouer.

Sur le drive suivant, les Falcons aurait pu (du) sceller le sort de ce Super Bowl. Matt Ryan trouve d’abord Freeman pour un gain de 39 yards, avant qu’une nouvelle réception formidable de Julio Jones amène Atlanta à une bonne distance pour un field-goal. Mais vient alors l’action qui va définitivement faire tourner ce match. Trey Flowers, encore lui, parvient à sacker Ryan et fait perdre 12 yards aux Falcons. Une pénalité dans la foulée fait encore plus reculer Atlanta, qui doit désormais rendre le ballon aux Pats avec 3 minutes 30 au chrono. Une éternité pour Tom Brady. Le QB de New England montre tout d’abord son sang-froid en convertissant une 3ème tentative, puis sa bonne étoile intervient. Sur une passe dangereuse, il passe à 2 doigts de se faire intercepter par Alford, mais c’est finalement Julian Edelman qui attrape miraculeusement le ballon juste avant qu’il touche le sol. Brady enchaîne ensuite en trouvant Amendola pour 20 yards puis White pour 20 yards supplémentaires. Ce dernier vient ensuite marquer au sol pour ramener son équipe à 2 petits points. Reste alors la conversion à 2 points la plus importante de l’histoire de la franchise. Brady reçoit la balle et trouve Amendola sur la droite du terrain pour égaliser. A moins d’1 minutes de la fin du temps réglementaire, les Patriots ont refait leur retard de 25 points. 28-28.

Place donc à la 1ère prolongation de l’histoire du Super Bowl. Les Pats remportent le toss et peuvent gagner le match s’ils marquent un touchdown. Brady prend les choses en main et fait avancer son équipe en trouvant pas moins de 4 receveurs différents. Arrivé sur les 15 yards des Falcons, il tente une passe lobée pour Bennett, manquée mais sur laquelle le défenseur d’Atlanta est pénalisé. Les Pats se retrouvent sur les 2 yards, à quelques centimètres d’un nouveau sacre. Brady veut d’abord offrir le titre lui-même à sa franchise mais sa passe risquée est déviée. Lucide et raisonnable, il donne ensuite le ballon à James White qui s’étend de tout son long pour marquer et permettre aux Patriots de remporter un 5ème trophée Lombardi. La dynastie des Patriots, et les légendes Tom Brady et Bill Belichick entrent un peu plus dans l’histoire de la NFL au terme d’un match épique.

Tom Brady est définitivement le plus grand joueur de l’histoire

2ème dans les votes pour le MVP derrière Matt Ryan cette saison, Tom Brady a été dominé par son adversaire pendant plus de la moitié de ce Super Bowl. Mais il a su aller chercher la motivation et la gagne qui le caractérise pour de nouveau sortir victorieux. Jamais un quarterback n’avait tenté autant de passes lors d’un Super Bowl (62), jamais un quarterback n’avait lancé autant de yards lors d’un Super Bowl (466), et surtout aucun quarterback n’a remporté autant de Super Bowl que lui. Cette 5ème bague de champion le place dans une catégorie à part, au-dessus de Joe Montana et Terry Bradshaw (4). Autre record battu par Brady hier soir, celui du nombre de récompenses de MVP du Super Bowl. Il est élu meilleur joueur de la finale pour la 4ème fois, et dépose là-aussi Joe Montana (3).

Le personnage Tom Brady divise mais il faut mettre de côté cet aspect et se concentrer sur le sportif. Le QB des Pats était jusqu’ici en compétition avec Joe Montana pour savoir qui est le meilleur joueur de tous les temps. Il y a 2 ans, lors du dernier titre des Pats, je n’avais pas réussi à départager les 2 quarterbacks. Aujourd’hui, je mets mon amour pour Montana de côté et j’admets que Brady est bel et bien le numéro 1.

5è titre et 4è MVP du Super Bowl pour Tom Brady (Getty)
5è titre et 4è MVP du Super Bowl pour Tom Brady (Getty)

James White, l’autre MVP du Super Bowl LI

On parle souvent de facteurs X, de joueurs capables de faire basculer des rencontres. Chez les Patriots, le nom le plus prononcé était celui du RB Dion Lewis, souvent décisif par sa versatilité. Hier, il a été remplacé dans ce rôle par un joueur du même style, James White. Le RB, déjà très utilisé par Tom Brady dans le jeu de passes lors de la saison régulière, a battu plusieurs records lors de ce Super Bowl. Il a déjà battu le record de réceptions avec 14 (pour 110 yards). Il a ensuite égalé le record de touchdowns marqués avec 3 à son actif, dont celui de l’égalisation et celui de la victoire en prolongations. White marque également sur une transformation à 2 points, ce qui porte son total à 20 points sur le match, un record.

Une des forces de Bill Belichick est de toujours avoir des joueurs non-stars capables de faire la différence. Les noms qui entourent Tom Brady ne sont jamais très connus, mais le staff sait en tirer le meilleur.

Les Falcons n’ont pas démérité mais ont craqué

Cette défaite est cruelle et risque de faire mal aux Falcons. Enormes en 1ère mi-temps, ils ont touché du doigt le premier titre de l’histoire de la franchise. Matt Ryan a joué comme le MVP qu’il est pendant la majeure partie de la rencontre, Devonta Freeman a exploité les brèches au sol, Julio Jones nous a gratifié de réceptions exceptionnelles et Taylor Gabriel a confirmé qu’il était une menace à chaque instant. Même si l’attaque n’a pas réussi à aller chercher les points nécessaires en 2ème mi-temps, il n’y aura pas grand-chose à reprocher à l’équipe. Et c’est un peu pareil en défense, où l’équipe a même semblé en surrégime sur la première partie de la rencontre. Tom Brady n’avait pas autant été mis sous pression depuis la finale de conférence AFC face aux Broncos il y a 1 an, et les Falcons ont forcé des pertes de balle. Cette jeune défense a flanché en fin de rencontre, mais une fois de plus, que peut-on lui reprocher sachant qu’elle pointait à la 27ème position de NFL lors de la saison 2016 et qu’elle a passé plus de 40 minutes sur le terrain hier.

Lady Gaga embrase Houston  

Ce Super Bowl 51 a également été marqué par le show de Lady Gaga à la mi-temps. La superstar a débuté sa performance sur le toit du NRG Stadium, avant de se jeter dans le vide pour rejoindre les différentes scènes. Elle a ensuite repris ses plus grands titres, en dansant, en jouant du piano ou en volant, avant de disparaitre en attrapant un ballon lancé dans sa direction. Un show explosif et intense, à l’image de ce Super Bowl exceptionnel.

Lady Gaga était au niveau de ce Super Bowl LI (Getty)
Lady Gaga était au niveau de ce Super Bowl LI (Getty)

Les stats de la rencontre

NEW ENGLAND PATRIOTS

ATLANTA FALCONS

1ères tentatives 37 1ères tentatives 17
Yards au sol 104 Yards au sol 104
Yards à la passe 442 Yards à la passe 240
Total Yards 546 Total Yards 344
Touchdowns 4 Touchdowns 4
Pertes de balle 2 Pertes de balle 1
Temps de possession 40 : 31 Temps de possession 23 : 27
Passes Passes
Tom Brady 43/62, 466 yards, 2 TD – 1 INT Matt Ryan 17/23, 284 yards, 2 TD
Courses Courses
LeGarrette Blount 11 courses, 31 yards Devonta Freeman 11 courses, 75 yards, 1 TD
James White 6 courses, 29 yards, 2 TD Tevin Coleman 7 courses, 29 yards
Réceptions Réceptions
James White 14 réceptions, 110 yards, 1 TD Julio Jones 4 réceptions, 87 yards
Julian Edelman 5 réceptions, 87 yards Taylor Gabriel 3 réceptions, 76 yards
Danny Amendola 8 réceptions, 78 yards, 1 TD Austin Hooper 3 réceptions, 32 yards, 1 TD
Défense Défense
Trey Flowers 6 plaquages, 2.5 sack Robert Alford 11 plaquages, 1 INT, 1 TD
Dont’a Hightower 2 plaquages, 1 sack, 1 FUM Deion Jones 9 plaquages, 1 Fum
Jabaal Sheard 2 plaquages, 0.5 sack Grady Jarrett 5 plaquages, 3 sacks

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s