L’équipe-type de la saison 2016/2017

Publié le


La saison 2016/2017 s’est terminée en trombe avec un Super Bowl exceptionnel, qui restera dans l’histoire comme l’un des plus beaux et des plus fous. Mais une fois l’euphorie retombée, que nous reste-t-il ? Au niveau football, pas grand-chose puisque c’est parti pour de longs mois sans NFL… Le marché des transferts et la Draft 2017 vont nous occuper quelques temps, mais les dimanches soir vont nous sembler bien tristes.

Durant les prochaines semaines, je vais revenir sur la saison qui vient de s’écouler et commencer à préparer la suivante. Ainsi, des équipes-types, des classements de joueurs, des bilans et des projections en vue de la Draft sont à venir. Aujourd’hui, nous débutons avec l’équipe-type de la saison 2016/2017.

ATTAQUE

Quarterback

Matt Ryan (Falcons)

Stats 2016 : 69.9%, 4944 yards (309 par match), 38 TD – 7 INT, 117.1 rating

Le MVP de la saison régulière est évidemment le leader de cette équipe-type. Il aurait bien entendu préféré finir avec un titre de champion également, mais lui n’a pas grand-chose à se reprocher (mis à part ce sack pris en fin de match) puisqu’il a de nouveau livré une très belle performance lors du Super Bowl LI.

Lors de la saison régulière, nous avons eu le meilleur Matt Ryan, un contraste avec celui qui semblait en fin de vie 1 an plus tôt. La patte de Kyle Shanahan y est surement pour quelque chose, mais dans tous les cas Matt Ryan était le leader de la meilleure attaque de NFL. Avec 309 yards par match en moyenne, il frôle une saison à 5000 yards. Il termine avec un ratio excellent de 38 TD pour seulement 7 INT et affiche le meilleur rating de NFL (117.1).

Matt Ryan, MVP de la saison 2016/2017 (Getty)
Matt Ryan, MVP de la saison 2016/2017 (Getty)

Running-backs

Le’Veon Bell (Steelers)

Stats 2016 : 1268 yards (105.7 par match), 4.9 yards par course, 7 TD / 75 réceptions, 616 yards, 2 TD

S’il n’avait pas manqué 4 matchs (suspension), Le’Veon Bell aurait surement accompagné David Johnson dans le club des joueurs avec plus de 2000 yards de scrimmage. Bell est le seul RB avec Ezekiel Elliott à terminer la saison avec plus de 100 yards par match, et il pointe juste derrière Johnson avec ses 75 réceptions. Le RB des Steelers a eu un impact dès son retour dans l’équipe et est monté en puissance petit à petit pour devenir impossible à arrêter en fin de saison. C’est finalement une blessure qui l’a ralenti lors du match de playoffs face aux Pats.

Seule une blessure a pu arrêter Le'Veon Bell (USA Today)
Seule une blessure a pu arrêter Le’Veon Bell (USA Today)

Ezekiel Elliott (Cowboys)

Stats 2016 : 1631 yards (108.7 par match), 5.1 yards par course, 15 TD / 32 réceptions, 363 yards, 1 TD

Lorsque les Cowboys ont drafté Ezekiel Elliott en 4ème position de la Draft 2016, c’était pour le lancer quelques mois plus tard. Les interrogations étaient légion car de nombreux running-backs se sont plantés en NFL, mais le fait d’évoluer derrière la fabuleuse ligne offensive de Dallas inspirait tout de même confiance. Elliott aussi était très confiant et il avait même annoncé vouloir faire sauter le record de yards pour un rookie d’Eric Dickerson (1808). Et après un premier match poussif, Zeke s’est envolé et à bien failli tenir son pari. Il bat finalement le record de franchise de Tony Dorsett avec 1631 yards (sans jouer le dernier match) et marque 15 TD. Il finit également leader de NFL avec plus de 300 yards d’avance sur son premier poursuivant.

Rookie et déjà leader de NFL en yards au sol (Getty)
Rookie et déjà leader de NFL en yards au sol (Getty)

Receveurs

Julio Jones (Falcons)

Stats 2016 : 83 réceptions, 1409 yards (100.6 par match), 6 TD

Même s’il a manqué quelques matchs à cause de petits pépins physiques, Julio Jones est tout de même le meilleur receveur de NFL cette saison. Grand, puissant, rapide, Jones est un cauchemar pour les défenses et il l’a encore montré au Super Bowl avec 2 réceptions exceptionnelles. Aucune défense ne peut réellement stopper Jones, seul son propre corps peut le ralentir. Loin des meilleurs avec 83 réceptions, il termine tout de même 2ème de NFL avec 1409 yards et est le seul receveur à finir avec plus de 100 yards par match.

Aucune réception ne semble impossible pour Julio Jones (USA Today)
Aucune réception ne semble impossible pour Julio Jones (USA Today)

Antonio Brown (Steelers)

Stats 2016 : 106 réceptions, 1284 yards (85.6 par match), 12 TD

Malgré ses stats ronflantes, Antonio Brown était un cran en dessous de son meilleur niveau en 2016. Une partie du problème vient des performances en baisse du QB Ben Roethlisberger, mais l’autre vient surement de l’attitude du receveur, parfois trop individualiste et qui a donc tendance à chercher à faire gonfler ses stats. AB reste évidemment l’un des tous meilleurs receveurs et il est capable de marquer à n’importe quel moment. Une saison « moins bonne » avec de tels stats (106 réceptions, 1284 yards et 12 TD) montre bien ce que l’on attend de lui.  Pour stopper Brown, il faut mettre au moins 2 défenseurs sur lui, comme l’ont fait les Pats en playoffs.

Des problèmes d'individualisme pour AB ? (USA Today)
Des problèmes d’individualisme pour AB ? (USA Today)

Tight-end

Travis Kelce (Chiefs)

Stats 2016 : 85 réceptions, 1125 yards (70.3 par match), 4 TD

La blessure de Rob Gronkowski a ouvert le chemin aux autres TE. Et à ce petit jeu-là, c’est Travis Kelce qui s’est le plus distingué. Les problèmes de receveurs de Kansas City ne sont pas nouveaux, et c’est donc le TE qui doit assurer le rôle de leader dans le jeu de passes. Un rôle assumé par Kelce, qui termine la saison avec 1125 yards (leader parmi les TE), dont 652 après contact. Kelce est puissant et capable de casser des plaquages, mais il peut encore s’améliorer sur les passes longues où il lui arrive de relâcher des ballons.

Travis Kelce, receveur n°1 des Chiefs (CBS)
Travis Kelce, receveur n°1 des Chiefs (CBS)

Ligne offensive

Left Tackle : David Bakhtiari (Packers)

Joe Thomas, Tyron Smith ou Trent Williams auraient pu apparaître ici, mais j’ai choisi David Bakhtiari. La raison est assez simple, il a été le meilleur LT en passe protection, un aspect plus que crucial pour un joueur qui doit protéger le « côté aveugle » de son quarterback. Bakhtiari n’alloue que 20 pressions en 16 matchs, sachant qu’Aaron Rodgers est l’un des QB qui garde le plus longtemps le ballon. Les Packers l’ont prolongé pour 4 saisons avant la saison, et ils ont bien fait.

Prolongé avant la saison, David Bakhtiari a déjà rentabilisé son contrat
Prolongé avant la saison, David Bakhtiari a déjà rentabilisé son contrat

Left Guard : Kelechi Osemele (Raiders)

Pour mettre leur jeune QB dans de bonnes conditions, les Raiders ont décidé d’investir pour le protéger. Avant la saison 2016, ils ont donc renforcé leur ligne offensive, et ce choix a été payant. Le recrutement le plus intéressant est celui de Kelechi Osemele, qui a été excellent tout la saison. Puissant sur les phases de jeu au sol, il a également été impeccable en protection de son QB puisqu’il n’alloue que 11 pressions en 15 matchs et 1 petit sack en plus de 1000 snaps joués. Son association avec Donald Penn (LT) est l’une des plus intimidante de la ligue.

Osemele était la recrue phare des Raiders, un choix payant (USA Today)
Osemele était la recrue phare des Raiders, un choix payant (USA Today)

Centre : Travis Frederick (Cowboys)

Ce qui caractérise Travis Frederick, c’est le dépassement de fonction. Le système de jeu des Cowboys, basé sur le jeu au sol et les blocks de zone, lui demande un travail que très peu de centres font. Il s’est ainsi retrouvé face à des défenseurs qui excellent sur le jeu au sol, comme Damon Harrison ou Linval Joseph, mais cela n’a pas impacté son rendement. La ligne offensive de Dallas est une référence depuis plusieurs saisons maintenant, et Frederick en est le cœur.

Travis Frederick, coeur de la formidable OL des Cowboys (SI)
Travis Frederick, coeur de la formidable OL des Cowboys (SI)

Right Guard : Zack Martin (Cowboys)

L’intérieur de la ligne des Cowboys est de nouveau à l’honneur avec Zack Martin. Le RG a été le meilleur à son poste sur les phases au sol, et une des raisons du succès d’Ezekiel Elliott. Mais il a aussi été à son avantage en protection de son QB, puisqu’il n’alloue que 2 sacks et ne prends que 2 pénalités en plus de 1050 snaps joués. Le seul joueur qui a réussi à le mettre en difficulté est le DT des Eagles, Fletcher Cox.

Zack Martin a été précieux pour ses QB et RB rookies (Dallas Morning News)
Zack Martin a été précieux pour ses QB et RB rookies (Dallas Morning News)

Right Tackle : Jack Conklin (Titans)

Un rookie dans l’équipe-type de la saison ! La première saison en NFL de Jack Conklin est tout simplement impressionnante. Si ses talents de bloqueur sur les phases au sol n’étaient pas vraiment remis en cause, c’est l’aspect protection du quarterback qui inquiétait. Mais Conklin s’est adapté rapidement à la NFL et n’a alloué que 2 sacks sur l’ensemble de la saison. Le joueur des Titans a explosé les attentes, mais il va maintenant devoir conserver ce niveau de jeu. Pas facile…

De rookie à meilleur tackle droit en 16 matchs, bravo Jack Conklin (AP)
De rookie à meilleur tackle droit en 16 matchs, bravo Jack Conklin (AP)

DEFENSE

Ligne défensive

Left Defensive End : Khalil Mack (Raiders)

Stats 2016 : 73 plaquages, 11 sacks, 4 passes déviées, 1 INT, 1 TD, 5 FUM

Déjà excellent la saison dernière, Khalil Mack a franchi un nouveau pallier cette saison. En plus d’être un poison pour les attaques adverses, il est devenu un joueur qui peut faire gagner son équipe. Que ce soit en forçant un fumble sur un sack ou bien en marquant sur une interception, il a su réaliser des actions clés qui ont eu un impact sur les matchs. Mack n’a pas arrêté de mettre la pression sur les QB adverses, et il termine avec le meilleur chiffre de la ligue (96 pressions). L’un de ses meilleurs matchs de la saison a été face aux Broncos de Von Miller, un petit signe puisqu’il lui succède au palmarès du meilleur défenseur.

Khalil Mack, meilleur défenseur de NFL en 2016/2017 (AP)
Khalil Mack, meilleur défenseur de NFL en 2016/2017 (AP)

Defensive Tackle : Aaron Donald (Rams)

Stats 2016 : 47 plaquages, 8 sacks, 2 FUM

Malgré le niveau très faible des Rams, Aaron Donald continue d’imposer sa domination sur la ligne. Il réussit constamment à prendre l’avantage et ses stats ne montrent pas vraiment son impact. Donald a totalisé 82 pressions en 2016, le 3ème score de NFL, dont 8 sacks, le meilleur chiffre pour un lineman intérieur. Le DT des Rams est l’un des joueurs les plus dominants en défense et un des plus dur à contrer.

Heureusement que les Rams ont Aaron Donald... (AP)
Heureusement que les Rams ont Aaron Donald… (AP)

Defensive Tackle : Calais Campbell (Cardinals)

Stats 2016 : 53 plaquages, 8 sacks, 1 Safety, 7 passes déviées, 1 INT, 2 FUM

Calais Campbell est un excellent DL depuis plusieurs saisons, mais jusqu’ici il n’était pas dans la même ligue que des Aaron Donald ou J.J Watt. En 2016, il a su hausser son niveau de jeu pour se rapprocher des meilleurs linemen. Auteur de 57 pressions et 8 sacks, il a fini la saison encore plus fort qu’il l’avait commencé. Campbell a ensuite annoncé sur son compte twitter, en citant Aaron Donald, qu’en 2017 il tenterait de devenir le numéro 1 à son poste…

Calais Campbell a mis la pression sur tous le monde en 2016 (247sports)
Calais Campbell a mis la pression sur tous le monde en 2016 (247sports)

Right Defensive End : Cameron Wake (Dolphins)

Stats 2016 : 29 plaquages, 11.5 sacks, 3 passes déviées, 1 INT, 5 FUM

Très grosse saison de Cameron Wake, qui a été l’un des meilleurs pass-rusher de la ligue en 2016. Et pourtant ce n’était pas gagné après sa grosse blessure subie l’année dernière (rupture du tendon d’Achilles). Il a d’ailleurs débuté la saison comme remplaçant, mais il a rapidement récupéré sa place (week 6). Dès lors, un monstre s’est réinstallé dans la défense de Miami, et il réussit au moins 1 sack lors de 9 des 10 derniers matchs de la saison. Wake a même réussi sa première interception en carrière…

Cameron Wake est insubmersible (the Undefeated)
Cameron Wake est insubmersible (the Undefeated)

Linebackers

Left Outside Linebacker : Von Miller (Broncos)

Stats 2016 : 78 plaquages, 13.5 sacks, 3 FUM

Même s’il n’est pas parvenu à conserver son titre de meilleur sackeur, Von Miller a continué sur sa lancée et a conservé son impact. Toujours aussi dominateur sur les phases de pass-rush, il termine la saison avec 13.5 sack et un total de 79 pressions. Mais Von Miller est également un formidable défenseur contre le jeu au sol, surement le meilleur à son poste, et totalise 53 stops défensifs (leader pour les défenseurs extérieurs).

Encore une saison dominante de Von Miller (AP)
Encore une saison dominante de Von Miller (AP)

Inside Linebacker : Bobby Wagner (Seahawks)

Stats 2016 : 167 plaquages, 4.5 sacks, 4 passes déviées, 1 INT

Bobby Wagner est l’un des linebackers les plus complets de la ligue, et il l’a démontré cette saison. Particulièrement efficace face au jeu au sol, il sait déjouer les blocks pour aller faire perdre des yards (60 stops défensifs en 2016). Mais il est également un pass-rusher efficace (26 pressions dont 4.5 sacks), et très à l’aise en couverture (1 seul TD alloué). Lorsque Luke Kuechly n’est pas sur le terrain, Bobby Wagner est le meilleur linebacker intérieur.

Bobby Wagner est un défenseur ultra complet (AP)
Bobby Wagner est un défenseur ultra complet (AP)

Right Outside Linebacker : Vic Beasley (Falcons)

Stats 2016 : 39 plaquages, 15.5 sacks, 6 FUM, 1 TD

Décevant lors de sa saison rookie (4 sacks), Vic Beasley a fait fort cette saison en terminant leader de NFL en sacks (15.5). Il a donc fait mieux que Von Miller, tenant du titre et qui termine juste derrière (13.5). En plus, le linebacker extérieur des Falcons a terminé leader en fumbles forcés avec 6 sur la saison. Son changement de poste (DE à OLB) et la présence du très expérimenté Dwight Freeney ont eu un effet bénéfique sur la progression de Beasley, qui était déjà connu comme un pass-rusher dominant au niveau universitaire.

Vic Beasley, leader de NFL avec 15.5 sacks (Getty)
Vic Beasley, leader de NFL avec 15.5 sacks (Getty)

Safeties

Free Safety : Ha-Ha Clinton-Dix (Packers)

Stats 2016 : 80 plaquages, 0.5 sack, 12 passes déviées, 5 INT, 1 FUM

Au milieu des lignes secondaires de Green Bay, un homme a surnagé cette saison, il s’agit de Clinton-Dix. Le safety, qui peut également jouer comme slot corner, a évité aux Packers de sombrer encore plus lorsque la défense était à la rue. Il termine avec 5 interceptions, le meilleur chiffre (avec Landon Collins) à sa position. Autre stats intéressante, il est l’un des 4 joueurs à avoir été sur le terrain pour tous les snaps cette saison (1236). Une grosse saison récompensée par un premier Pro-Bowl et qui promet un bel avenir au safety.

Ha-Ha Clinton-Dix Mesdames et Messieurs (USA Today)
Ha-Ha Clinton-Dix Mesdames et Messieurs ! (USA Today)

Strong Safety : Landon Collins (Giants)

Stats 2016 : 125 plaquages, 4 sacks, 18 passes déviées, 5 INT, 1 TD

Lorsque Landon Collins a fait ses débuts en NFL en 2015, au poste de Free Safety, le résultat a été plutôt décevant. Il était en tout cas clairement impossible de prévoir une telle saison, surtout sur un nouveau poste. Ce repositionnement comme Strong Safety a rapproché Collins du reste de sa défense et surtout du ballon, une trouvaille. Performant au sol (125 plaquages), bien placé en couverture (5 INT), mais également efficace comme pass-rusher (4 sacks), il était partout en 2016. A tel point qu’il était dans la conversation pour le trophée de meilleur défenseur.

En 2016, Landon Collins était partout
En 2016, Landon Collins était partout

Cornerbacks

Aqib Talib (Broncos)

Stats 2016 : 43 plaquages, 15 passes déviées, 3 INT, 1 TD

On n’a jamais douté du talent d’Aqib Talib, mais son penchant à encaisser des « big plays » était problématique lors de ses jeunes années. En 2016, le CB des Broncos a corrigé son défaut et il s’est imposé comme le meilleur à son poste. Talib n’a pas alloué le moindre touchdown, et les QB adverses affichent un rating de seulement 49.5 et un pourcentage de passes réussis de 53%. La plus longue réception allouée par Talib en 2016 ? 26 yards… Il termine également avec 3 interceptions, dont une pick-6.

Aqib Talib était impossible à passer cette saison (Getty)
Aqib Talib était impossible à passer cette saison (Getty)

Marcus Peters (Chiefs)

Stats 2016 : 45 plaquages, 26 passes déviées, 6 INT, 1 FUM

En deux saisons de NFL, Marcus Peters compte déjà 14 interceptions. Lors de sa saison rookie, il avait terminé leader de la ligue avec 8, mais ses stats cachaient le fait qu’il allouait trop de « big plays » (un point commun avec Talib…). Cette année, Peters est devenu plus solide puisqu’il termine la saison avec une bien meilleur note en couverture. Il a alloué 25 réceptions et 371 yards de moins, et un rating de 66 aux QB adverses. Peu de « shutdown corners » sont également des playmakers capables d’intercepter autant de passes, Peters a donc le potentiel pour être spécial à ce poste.

14 interceptions en 2 saisons pour Marcus Peters (SI)
14 interceptions en 2 saisons pour Marcus Peters (SI)

EQUIPES SPECIALES

Punter

Johnny Hekker (Rams)

Stats 2016 : 4680 yards, 47.8 AVG

Après Aaron Donald, le meilleur joueur des Rams en 2016 est un punter… Johnny Hekker est connu pour son pied magique, et il n’a pas déçu. Il faut dire qu’il a l’occasion de souvent dégager son équipe, incapable de bouger offensivement. Hekker termine leader de NFL avec 4680 yards, 51 punts placés dans les 20 yards adverses et un record de longueur à 71 yards.

Les jambes de Johnny Hekker sont magiques (USA Today)
Les jambes de Johnny Hekker sont magiques (USA Today)

Kicker

Justin Tucker (Ravens)

Stats 2016 : 38/39 FG (97%), 10/10 FG 50+ yards, 27/27 XP

Lors d’une saison où les kickers de NFL ont connu pas mal de problèmes avec la nouvelle règle des “extra points”, Justin Tucker a été presque parfait. Particulièrement à l’aise sur les coups de pieds à longue distance, il passe ses 10 field-goals de plus de 50 yards, et a montré lors du Pro Bowl qu’il pouvait réussir des coups de pieds de 70 yards. Son seul raté de la saison n’est pas vraiment de sa faute puisque son tir est contré par un défenseur (des Pats).

Saison quasi-parfaite pour Justin Tucker
Saison quasi-parfaite pour Justin Tucker

Returner

Tyreek Hill (Chiefs)

Stats 2016 : 39 retours de punt, 592 yards (15.2 AVG), 2 TD / 24 retours de kickoff, 384 yards (27.4 AVG), 1 TD

Une des révélations de l’année, Tyreek Hill peut marquer de n’importe où et à n’importe quel moment. Adepte des « big plays », il a marqué 12 touchdowns sur la saison, 6 sur des réceptions, 3 sur des courses et 3 sur des retours. Une saison rookie explosive.

12 TD et une explosivité rare pour Tyreek Hill (USA Today)
12 TD et une explosivité rare pour Tyreek Hill (USA Today)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s