NFC Divisional Playoffs – Les Eagles et les Vikings confirment leurs rangs

Publié le Mis à jour le


PHILADELPHIA EAGLES 15 – ATLANTA FALCONS 10

Malgré leur statut de meilleure équipe de la NFC à l’issue de la saison régulière, les Eagles n’étaient pas vus comme favoris de ce match. La principale raison étant la présence de Nick Foles comme QB titulaire de Philadelphia. Remontés par ce traitement, les Eagles ont tenu à montrer qu’ils étaient bel et bien les plus forts, et Foles a su faire des ajustements pour suivre l’exemple de sa défense.

La défense des Eagles a dégoûté Matt Ryan et les Falcons (AP)

Le film du match

Le premier match de ces Divisional Playoffs a démarré en fin d’après-midi à Philadelphia, sous le soleil couchant et avec un petit peu de vent. Une brise qui gêne clairement Nick Foles sur sa première passe tentée. Les Eagles partent mal puisque Jay Ajayi perd la balle dès la deuxième action. La défense d’Atlanta se montre à son avantage d’entrée et permet à Matt Bryant de marquer les 3 premiers points du match (0-3). De son côté, Nick Foles continue d’avoir du mal à trouver le rythme et n’arrive pas à réussir ses passes. Cependant, les Eagles avancent grâce à des pénalités. C’est finalement Jay Ajayi qui va se reprendre et permettre de faire avancer son équipe, avec l’aide de sa ligne offensive et notamment du bon travail du Guard Vatai au deuxième niveau pour bloquer Deion Jones. Le plan de jeu de Philly est clair, installer le jeu de courses.

Au début du 2ème quart-temps, une belle action d’Agholor permet aux Eagles de se retrouver en redzone. Philadelphia marque finalement le premier touchdown du match avec une course de LeGarette Blount sur une 4ème tentative (6-3). Après avoir alloué une réception de 34 yards de Mohamed Sanu, la défense force un punt. Sur le dégagement, Atlanta récupère la balle dans la confusion et Matt Ryan en hérite sur la ligne des 18 yards. Comme face aux Rams, les équipes spéciales des Falcons sont importantes. Après 2 pénalités contre les Eagles, Matt Ryan échappe à la pression et lance une superbe passe de touchdown pour Devonta Freeman (6-10). Philadelphia va réussir à réduire l’écart juste avant la pause, grâce à un field-goal de Jake Elliott de 53 yards.

Le troisième quart-temps débute avec un échange de punt. Atlanta lance un meilleur drive ensuite mais un sack de Nigel Bradham force un punt après plus de 5 minutes de possession. Philadelphia va ensuite manger le chrono (presque 6 minutes) avant de prendre l’avantage. Nick Foles est beaucoup plus à l’aise et trouve ses receveurs, puis Jake Elliott marque au pied de 37 yards (12-10).

Philadelphia continue d’être très solide défensivement et force un nouveau 3&out. Derrière, Nick Foles confirme sa montée en puissance et converti un beau 3rd down avec une passe de 37 yards pour Ajayi. Les Eagles sont d’ailleurs très efficaces sur 3ème tentatives et parviennent à manger 8 minutes avant d’ajouter 3 points (15-10). Matt Ryan a alors 6 minutes pour remporter le match. Ça part mal mais le QB parvient à convertir une 4ème tentative en trouvant Julio Jones pour 20 yards, puis les Falcons parviennent à avancer jusqu’en redzone. A un peu plus d’1 minute de la fin du match, un nouveau 4th down se présente, l’action où toute une saison se joue. La défense de Philadelphia résiste et récupère la balle. Derrière l’attaque n’a plus qu’à convertir un first down pour sceller la victoire.

Nick Foles répond présent

Sur ses premières passes, Nick Foles a dû inquiéter les fans des Eagles. La première course de Jay Ajayi aussi… Finalement, Philadelphia a su installer son jeu au sol en première mi-temps (77 yards, 4.8 yards par course), ce qui a permis à Nick Foles d’être moins sous pression et de progressivement se mettre en confiance. En deuxième mi-temps, le jeu s’est un peu ouvert pour le QB, qui a réussi 12 de ses 15 passes pour 145 yards. Il faut également pointer du doigt l’excellent travail de la ligne offensive de Philadelphia, qui a su contrôler le pass-rush des Falcons pendant tout le match. Nick Foles ne prend qu’un seul sack alors qu’il a tenté 30 passes.

La défense de Philadelphia au niveau

Plus à l’aise que Nick Foles en début de rencontre, Matt Ryan a globalement vécu un match compliqué. Souvent mis sous pression, il a également eu du mal à trouver son receveur numéro 1, Julio Jones, qui a été plutôt bien contenu (101 yards mais jamais dangereux dans la zone de vérité).

Solide dans tous les secteurs, la défense des Eagles a limité Atlanta à 281 yards au total et 0 point en deuxième mi-temps. Elle n’encaisse qu’un seul touchdown à la suite d’une courte possession qui a suivi le fumble d’Ajayi sur les 18 yards de Philly. Devant, Fletcher Cox a dominé la ligne, au milieu, Nigel Bradham s’est illustré, et derrière, Malcolm Jenkins était partout.

Les stats de la rencontre

PHILADELPHIA EAGLES ATLANTA FALCONS
Passing Passing
Nick Foles 23/30, 246 yards Matt Ryan 22/36, 210 yards, 1 TD
Rushing Rushing
Jay Ajayi 15 courses, 54 yards Tevin Coleman 10 courses, 79 yards
Receiving Receiving
Alshon Jeffery 4 réceptions, 61 yards Julio Jones 9 réceptions, 101 yards
Jay Ajayi 3 réceptions, 44 yards Devonta Freeman 5 réceptions, 26 yards, 1 TD
Défense Défense
Fletcher Cox 7 plaquages, 1 sack Takkarist McKinley 2 plaquages, 1 sack
Nigel Bradham 4 plaquages, 1 sack, 1 PD Robert Alford 8 plaquages

MINNESOTA VIKINGS 29 – NEW ORLEANS SAINTS 24

Après une première mi-temps maitrisée et un avantage de 17 points, les Vikings se sont fait rejoindre par de vaillants Saints et un Drew Brees retrouvé. Mais grâce à une dernière action qui restera dans l’histoire des playoffs, Minnesota se qualifie pour la finale de conférence NFC et n’est plus qu’à une victoire d’un Superbowl à domicile.

Le film du match

Dès le coup d’envoi, les Vikings ont été dedans et ils ont dominé la première période de la tête et des épaules. La défense force un 3&out sur le premier drive des Saints, et 3 punts sur les 3 premières possessions de leurs adversaires. Dans le même temps, Minnesota marque 10 points, grâce à deux beaux drives. Sur le premier, l’alternance entre le jeu au sol de Latavius Murray et le jeu aérien de Case Keenum est payant, et c’est finalement Jerick McKinnon qui marque le premier touchdown du match sur une course de 14 yards (7-0). Sur le deuxième drive, les Vikings gagnent 64 yards sur 2 pénalités contre Ken Crawley, mais ils ne peuvent faire mieux qu’un field-goal (10-0).

La suite de la première mi-temps confirme cette domination des Vikings, puisque la défense va récupérer les deux ballons suivants, par des interceptions sur Drew Brees. Andrew Sendejo s’illustre sur la première juste avant la fin du 1er quart-temps. Elle permet à Minnesota de marquer un deuxième touchdown, par Latavius Murray sur une course courte (17-0). La deuxième interception est l’œuvre d’Anthony Barr, alors que New Orleans était en redzone. Les Vikings ne marquent pas derrière et se dégagent pour la première fois de la rencontre. La fin du 2ème quart-temps est moins animée, avec un field-goal manqué de chaque côté.

Au retour de la pause, la situation va s’inverser et les Saints vont reprendre confiance. La défense des Saints est solide d’entrée et force un punt. Drew Brees se met alors en marche et commence à trouver régulièrement ses receveurs, notamment Michael Thomas. Il est bien aidé par un Alvin Kamara très présent au sol comme dans les airs. Le drive de 80 yards est finalement conclu après près de 7 minutes, par une passe de Brees pour Thomas (17-7). Le momentum change réellement de côté dans la foulée lorsque Case Keenum est intercepté par le rookie Marcus Williams. New Orleans récupère la balle sur les 30 yards des Vikings et Drew Brees ne se fait pas prier pour trouver une nouvelle fois Michael Thomas dans l’en-but, et ainsi faire revenir les Saints à 3 points au début du 4ème quart-temps.

Sonnés mais toujours devant, les Vikings se remobilisent et parviennent à faire vivre le ballon sur leur drive suivant. Une passe de 27 yards de Keenum pour Wright leur permet de placer Kai Forbath à une bonne distance des poteaux, et le kicker réussit sa tentative de 49 yards (20-14). Les deux équipes échangent ensuite des punts et sur celui de Minnesota, la balle est contrée, ce qui permet à Drew Brees de la récupérer dans le terrain des Vikings. En 3 passes, le QB trouve Alvin Kamara et New Orleans prend l’avantage pour la première fois à 3 minutes de la fin du match (20-21). Le score va ensuite changer de côté chaque minute, puisque Kai Forbath redonne l’avantage aux Vikings grâce à un field-goal de 53 yards (23-21), avant que Wil Lutz ne lui réponde de 43 yards (23-24).

Vient alors l’ultime drive, qui débute sur les 25 yards de Minnesota à 25 secondes du coup de sifflet final. Ça commence mal puisque les Vikings reculent de 5 yards à cause d’une pénalité. Case Keenum trouve ensuite Stefon Diggs pour un gain de 19 yards, puis demande le temps mort. Il reste 18 secondes. Deux passes manquées plus tard, le chronomètre est descendu à 14 secondes et Keenum n’a plus qu’une seule chance. Le QB lance alors une passe longue sur le côté droit, en direction de Diggs, qui parvient à attraper la balle. La défense de New Orleans se troue, surtout Marcus Williams qui rate son plaquage, et le receveur s’en va donner une victoire miraculeuse à son équipe en parcourant les derniers yards dans une ambiance de folie. Un final de légende !

Stefon Diggs pour la victoire ! (Getty)

Case Keenum nouvel héro Skol

La franchise du Minnesota est marquée par plusieurs moments difficiles en playoffs et des éliminations cruelles. Un scénario qui était en passe de se reproduire hier après que les Saints aient réussi un comeback de 17 points. Puis Case Keenum a tout fait oublier en devenant le nouvel héro local. La confiance et le bon coaching du staff de Mike Zimmer a fait des merveilles sur le QB, qui l’a bien rendu pour son premier match de playoffs.

A deux reprises dans les dernières minutes, il a su sortir la passe qui a fait la différence. La première a lieu juste après que les Saints soient passés devant au score. Dans son camp, Case Keenum cherche Adam Thielen sur le côté, et ce dernier réussit une magnifique réception malgré la faute de son défenseur. Thielen est formidable sur le coup mais la prise de risque et l’exécution de Keenum sont également à féliciter. Puis le grand moment arrive sur cette incroyable ultime action. L’objectif sur cette dernière passe était de trouver le receveur le plus éloigné de lui et qu’il aille ensuite en dehors du terrain pour pouvoir frapper le field-goal. Mission réussie, qui grâce à un coup de pouce du destin, se transforme en touchdown victorieux. Cette passe sera à jamais celle qui illustrera la carrière de Keenum, et grâce à ça, les Vikings retrouveront une finale de conférence NFC pour la première fois depuis 2009. Comme un symbole de son nouveau statut, Case Keenum a mené le clapping qui a suivi la victoire.

Comeback gâché pour les Saints

Cruelle fin de saison pour des Saints qui ont su réagir après leur mauvaise première mi-temps et effacer leur déficit de 17 points. Drew Brees, méconnaissable durant les deux premiers quart-temps (2 interceptions), a mené la révolte avec 177 yards et 3 passes de touchdown après la pause. Aidé par Michael Thomas et Alvin Kamara, il a su faire parler son expérience des playoffs et son talent de futur Hall of Famer pour faire gagner son équipe. Du moins c’est ce que le QB et tout le monde pensait jusqu’à ce dénouement incroyable.

Cette défaite est encore plus dure à digérer pour Marcus Williams, qui est le responsable du plaquage manqué sur Diggs. On ne sait pas ce qui est passé par la tête du Safety rookie à ce moment, voulait-il garder le receveur dans le terrain ou a-t-il tout simplement perdu sa concentration ? Toujours est-il qu’il va devoir oublier ce moment très difficile pour repartir avec la même énergie l’année prochaine. Le rookie a sorti une superbe saison pour les Saints, et il s’était même illustré un peu plus tôt avec sa belle interception sur Keenum.

Les stats de la rencontre

MINNESOTA VIKINGS NEW ORLEANS SAINTS
Passing Passing
Case Keenum 25/40, 318 yards, 1 TD – 1 INT Drew Brees 25/30, 294 yards, 3 TD – 2 INT
Rushing Rushing
Latavius Murray 19 courses, 50 yards, 1 TD Alvin Kamara 11 courses, 43 yards
Receiving Receiving
Stefon Diggs 6 réceptions, 137 yards, 1 TD Michael Thomas 7 réceptions, 85 yards, 2 TD
Adam Thielen 6 réceptions, 74 yards Alvin Kamara 4 réceptions, 62 yards, 1 TD
Défense Défense
Harrison Smith 7 plaquages, 1 sack Manti Te’o 10 plaquages, 1 sack
Andrew Sendejo 4 plaquages, 1 INT Sheldon Rankins 5 plaquages, 1 sack

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s