Les meilleures Draft de l’histoire – 3. La Draft 2001

Publié le Mis à jour le


Organisée au Madison Square Garden de New York, la Draft 2001 reste l’une des meilleures de l’histoire. 17 des 31 joueurs sélectionnés au 1er tour ont joué au moins 1 Pro Bowl dans leur carrière, et la densité était remarquable cette année-là, avec de nombreux très bons joueurs qui sont sortis lors des tours suivants. A date, un seul joueur est Hall of Famers (LaDainian Tomlinson), mais d’autres devraient suivre dans les années à venir.

LaDainian Tomlinson est le 1er joueur issu de la Draft 2001 à entrer au Hall of Fame (USA Today)

1er tour

** Stats : Pro Football Focus

Tour Choix Equipe Joueur Position Matchs Saisons titulaire AP PB
1 1 ATL Michael Vick QB 143 7 0 4
1 2 ARI Leonard Davis OT 171 10 0 3
1 3 CLE Gerard Warren DT 163 8 0 0
1 4 CIN Justin Smith DE 221 14 1 5
1 5 SD LaDainian Tomlinson RB 170 10 3 5
1 6 NE Richard Seymour DE 164 9 3 7
1 7 SF Andre Carter DE 184 9 0 1
1 8 CHI David Terrell WR 54 1 0 0
1 9 SEA Koren Robinson WR 96 5 0 1
1 10 GB Jamal Reynolds DE 18 0 0 0
1 11 CAR Dan Morgan LB 59 5 0 1
1 12 STL Damione Lewis DT 141 3 0 0
1 13 JAX Marcus Stroud DT 146 9 0 3
1 14 TB Kenyatta Walker OT 75 5 0 0
1 15 WAS Rod Gardner WR 91 4 0 0
1 16 NYJ Santana Moss WR 197 8 0 1
1 17 SEA Steve Hutchinson OG 169 11 5 7
1 18 DET Jeff Backus OT 191 12 0 0
1 19 PIT Casey Hampton NT 173 11 0 5
1 20 STL Adam Archuleta DB 103 6 0 0
1 21 BUF Nate Clements DB 180 10 0 1
1 22 NYG Will Allen DB 140 8 0 0
1 23 NO Deuce McAllister RB 97 4 0 2
1 24 DEN Willie Middlebrooks DB 56 0 0 0
1 25 PHI Freddie Mitchell WR 63 0 0 0
1 26 MIA Jamar Fletcher DB 105 0 0 0
1 27 MIN Michael Bennett RB 109 2 0 1
1 28 OAK Derrick Gibson DB 69 2 0 0
1 29 STL Ryan Pickett DT 207 13 0 0
1 30 IND Reggie Wayne WR 211 12 1 6
1 31 BAL Todd Heap TE 145 7 0 2

Le 1er choix – Michael Vick

Dès son premier match universitaire, Michael Vick donne le ton en marquant 3 touchdowns au sol. Cette année-là, en 1999, il mène Virginia Tech à un bilan de 11-0 et une finale nationale (perdue). Grâce à ses 1 840 yards dans les airs (12 TD) et 580 yards au sol (8 TD), il termine 3ème dans le vote pour le Heisman Trophy. L’année suivante, il confirme avec 1 439 yards dans les airs et 636 de plus au sol, et ne perd qu’un seul match sur la saison avec les Hokies. Il décide de ne pas jouer sa dernière année universitaire pour aller en NFL, et il est pris par les Falcons avec le 1er choix de la Draft 2001.

Vick doit attendre la mi-novembre pour être titulaire pour la première fois, et il terminera sa saison rookie avec 785 yards dans les airs (2 TD – 3 INT) et 289 yards au sol (1 TD) en 8 matchs (2 titularisations). Il est le QB titulaire d’Atlanta la saison suivante et totalise 2 936 yards dans les airs (16 TD) ainsi que 777 au sol (8 TD). Lors de cette saison, il bat le record de yards au sol sur un match pour un QB (173, battu depuis par Kaepernick, 181), et élimine les Packers au 1er tour des playoffs. En 2003, il se blesse en pré-saison et ne joue que quelques matchs en fin d’année. Il revient en forme la saison suivante et gagne 2 313 yards dans les airs (14 TD – 12 INT) et 902 au sol (3 TD). Grâce à 119 yards au sol face aux Rams, Vick aide les Falcons à passer le 1er tour des playoffs, mais Atlanta est de nouveau trop juste pour aller plus loin. En 2005, il est Pro Bowler pour la 3ème fois grâce à 2 412 yards et 16 TD dans les airs et 597 yards et 6 TD au sol. En 2006, il devient le premier QB de l’histoire à franchir la barre des 1 000 yards au sol sur une saison.

Avant la saison 2007, Michael Vick se retrouve au cœur d’une affaire de combats de chiens. Il avoue fournir une grande partie de l’argent des paris et est ainsi suspendu par la NFL. Les Falcons attaquent alors leur ancien QB pour récupérer une partie de l’argent de son bonus, et Vick se retrouve sans club. Après avoir purgé sa courte peine de prison, il retrouve finalement la NFL en 2009, à Philadelphia. Il y signe un contrat d’1 an, sans argent garanti, et ne jouera que très peu. L’année suivante, il reste avec les Eagles et obtient même quelques titularisations après le départ de Donovan McNabb. Il sort alors sa meilleure saison pro, avec 3 018 yards dans les airs (21 TD – 6 INT) et 676 yards au sol (9 TD). Il joue le 4ème Pro Bowl de sa carrière et est élu Comeback Player of the year. Il franchit de nouveau les 3 000 yards à la passe en 2011 (3 303), même si la saison est plus compliquée pour les Eagles. Son niveau baisse progressivement lors des 2 saisons suivantes, et il perd finalement sa place au dépend de Nick Foles au milieu de la saison 2013. Vick jouera deux saisons de plus, chez les Jets et les Steelers. Rarement titulaire, il devient tout de même le 1er QB avec plus de 6 000 yards au sol en carrière. Il annonce sa retraite en 2016 et signe un contrat d’1 jour avec les Falcons.

Michael Vick, ici avec les Falcons

Statistiques en carrière

  • 22 464 yards à la passe
  • 133 touchdowns (88 interceptions)
  • 6 109 yards au sol
  • 36 touchdowns
  • 5 passer rating en carrière

Le 1er tour en chiffres

13 684. Comme le nombre de yards au sol en carrière pour LaDainian Tomlinson.

En 1997, Tomlinson intègre l’université Texas Christian (TCU). Lors de ses deux premières années, il se partage le travail avec Basil Mitchell, avant de prendre le pouvoir. En 1999, il bat le record de yards sur un match en gagnant 406 yards face à UTEP (depuis Melvin Gordon a fait 408 et Samaje Perine 427). Cette année-là, Tomlinson termine leader du pays avec 1 850 yards et 18 TD. Il confirme la saison suivante avec 2 158 yards et 22 TD, remportant le trophée de meilleur running-back du pays.

Initialement en possession du 1er choix de Draft en 2001, les Chargers l’échangent avec les Falcons et récupèrent finalement Tomlinson avec le 5ème choix. Le RB passera la majorité de sa carrière à San Diego. Titulaire d’entrée, il s’illustre rapidement et termine sa saison rookie avec 1 236 yards (et 10 TD), et il restera au-dessus des 1 000 yards et des 10 TD jusqu’en 2008 (8 saisons consécutives). En 2006 et 2007, il mène la NFL en yards au sol, avec 1 815 puis 1 474. En 2006, il affiche également 28 touchdowns au sol (31 au total), et est élu MVP en fin d’année.

L.T quitte les Chargers en 2010 et termine sa carrière avec les Jets. Il prend sa retraite en 2001. Tomlinson a été dépassé par Frank Gore cette année et est actuellement 6ème dans l’histoire en yards au sol (13 684). Il est également 2ème en ce qui concerne les touchdowns au sol, avec 145. Il possède toujours de nombreux records de franchise à San Diego et des records NFL, son numéro 21 a été retiré par les Chargers et il est entré au Hall of Fame en 2017.

14 345 yards. Comme le nombre de yards en fin de carrière pour Reggie Wayne.

Elève à l’université de Miami et colocataire d’Ed Reed, Reggie Wayne affiche 2 510 yards et 20 TD en 4 saisons avec les Hurricanes, ainsi qu’un record de 21.87 secondes aux 200 mètres. Il est pris par les Colts en 30ème position de la Draft 2001. La suite, on la connaît, puisque Wayne va devenir l’un des meilleurs receveurs de la NFL, et le meilleur ami de Peyton Manning pendant de nombreuses saisons. Il sera évidemment membres des Colts lors de la victoire au Superbowl XLI. En 2014, sa dernière saison avec Indianapolis et en NFL, il bat les records de Peyton Manning et devient le joueur des Colts avec le plus de matchs joués (209) et le plus de victoires (142). Reggie Wayne pointe actuellement à la 10ème position au niveau des réceptions dans l’histoire (1 070), et également à la 10ème place en termes de yards sur des réceptions (14 345). Il affiche 8 saisons à plus de 1 000 yards en carrière, dont 7 consécutives. Il détient de nombreux records de franchise à Indianapolis.

  1. Comme le nombre de Superbowls gagnés pour Richard Seymour.

Après 4 ans à l’université de Georgia, dont 2 dernières de haute facture, Seymour est pris en 6ème position de la Draft par les Patriots. Entre 2001 et 2008, il remporte 3 Superbowls avec les Patriots, le premier lors de sa saison rookie. Lors de ses 2 premières années à New England, il joue DT dans un système en 4-3, et totalise 8.5 sacks en 2 ans. En 2003, la défense des Pats passe en 3-4 et Seymour glisse sur le poste de DE. Devenu capitaine, il répond avec 8 sacks (son record en carrière) et gagne sa deuxième bague de champion en fin d’année. Même combat en 2004, avec 5 sacks et un troisième titre. L’année suivante, il prolonge son contrat et est nommé All-Pro pour la 3ème année de rang, malgré une blessure en cours de saison. En 2006, il joue un 5ème Pro Bowl de suite. De plus en plus ennuyé par les blessures, il manque une grande partie de la saison 2007, mais revient tout de même pour le Superbowl XLII, perdu face aux Giants. A 100% l’année suivante, il égale son record de sacks (8) pour sa dernière saison avec les Patriots. Il est en effet transféré à Oakland, ce qui ne lui plait pas vraiment. Après avoir boudé quelques temps, il jouera finalement 4 saisons avec les Raiders, totalisant notamment 18.5 sacks. Il prend finalement sa retraite en 2012, alors que plusieurs équipes étaient intéressées par lui, mais ne proposaient pas le contrat qu’il souhaitait… Il part avec 3 titres de champion, 7 Pro Bowl, 496 plaquages et 57.5 sacks en 12 saisons pro.

  1. Comme le nombre de sélections All-Pro pour Steve Hutchinson.

Arrivé comme Defensive Tackle à l’université du Michigan, il passe de l’autre côté de la ligne dès sa première saison avec les Wolverines. Il gagne sa place de titulaire comme Guard et aide son équipe à remporter le titre national. Il deviendra l’ancre de la ligne offensive de Michigan les 3 saisons suivantes, n’allouant aucun sack lors des 2 dernières. Hutchinson est drafté en 17ème position lors de la Draft 2001, par les Seahawks, avec qui il jouera ses 5 premières saisons. Il sera 3 fois All-Pro et Pro Bowler avec Seattle, et un des joueurs clés qui a permis au RB Shaun Alexander de remporter le trophée de MVP en 2005. Son dernier match est la défaite face aux Steelers lors du Superbowl XL, quelques jours plus tard. Il signe ensuite avec les Vikings, où il jouera 59 matchs consécutifs, avant de manquer sa première rencontre à cause d’une blessure. Il termine les saisons 2011 et 2012 à l’infirmerie et n’est pas conservé par Minnesota. Hutchinson rebondit du côté de Tennessee, mais il prend sa retraite 1 an plus tard.

38-39. Comme les positions d’Anthony Thomas et Kendrell Bell lors de la Draft 2001.

De nombreux joueurs issus de cette Draft ont connu le succès, mais pour trouver 2 des rookies qui ont eu un impact immédiat, il faut aller au 2ème tour. En effet, Anthony Thomas et Kendrell Bell, sortis en 38 et 39ème positions, sont élus meilleurs rookies de la saison 2001.

Anthony Thomas débute sa carrière universitaire en 1997, lorsqu’il est le 2ème running-back de Michigan, champion national invaincu cette année-là. Il sera le RB numéro 1 des Wolverines lors des 3 saisons suivantes, avec notamment une pointe à 1 733 yards lors de sa dernière année. Il quitte Michigan avec 4 472 yards et 56 touchdowns (records de l’université à ce moment), et est pris par les Bears au 2ème tour de la Draft 2001. Il confirme donc rapidement son talent en gagnant 1 183 yards pour sa 1ère saison dans l’élite, et est élu Meilleur Rookie Offensif. Il est un peu moins bien en 2002 (721 yards) mais passe de nouveau les 1 000 yards en 2003 (1 024). La saison suivante, il perd sa place de titulaire au dépend de Thomas Jones. Il signe alors avec les Cowboys, où il sera bloqué par l’émergence de Marion Barber, puis avec les Saints, où il ne jouera pas beaucoup. Il tente un dernier coup en 2006 et 2007 à Buffalo, mais peine de nouveau à être performant. Il affiche 3 891 yards et 23 TD en carrière.

Après une carrière universitaire plutôt bonne à Georgia, Kentrell Bell est sélectionné par les Steelers au 2ème tour de la Draft 2001. Titulaire lors de tous les matchs de la saison, il excelle au sein de la défense de Pittsburgh et remporte le trophée de Meilleur Rookie Défensif en fin d’année. Il continue d’être plutôt bon ensuite, mais manque de plus en plus de matchs chaque année à cause de blessures au genou. En 2005, les Steelers se séparent de lui, et il signe avec les Chiefs. Il jouera 3 saisons relativement anonymes à Kansas City, avant de prendre sa retraite en 2007, du fait de blessures à répétition. Il quitte la NFL avec 338 plaquages et 20.5 sacks en 7 saisons.

Les loupés du 1er tour

David Terrell (WR)

Receveur et parfois cornerback au niveau universitaire, David Terrell bat le record de l’université du Michigan avec 1 130 yards en 2000. Ses performances lui permettent de sortir en 8ème position de la Draft 2001. Décevant dès sa saison rookie (415 yards), il ne jouera que très peu lors de sa deuxième année, notamment à cause d’une blessure. Sa meilleure saison est 2004 lorsqu’il joue tous les matchs pour les Bears et totalise 699 yards (seulement 1 TD). Il n’est pas malgré tout pas conservé par Chicago, et tentera de se relancer à New England, Denver et Kansas City, en vain.

Jamal Reynolds (DE)

Lors de sa dernière saison à Florida State, Reynolds affiche 12 sacks et 58 plaquages et passe tout prêt d’un trophée de meilleur défenseur du pays. Convaincus, les Packers le prennent avec le 10ème choix de la Draft 2001, qu’ils avaient récupéré des Seahawks contre Matt Hasselbeck et le 17ème choix. Souvent blessé, Reynolds va se faire doubler par Kabeer Gbaja-Biamila et donc très peu jouer. Après 3 saisons décevantes, Green Bay tente de le transférer à Indianapolis, mais il ne passe pas les tests physiques. Finalement coupé par les Packers, il est pris par Cleveland, mais le succès n’est toujours pas au rendez-vous. Il est hors de la NFL dès 2004.

Willie Middlebrooks (DB)

Malgré une blessure, Middlebrooks est pris au 1er tour (24ème choix) par les Broncos. Vu comme le meilleur CB en couverture cette année-là, il ne va pourtant jamais être au niveau de la NFL. Seulement 2 fois titulaire en 4 saisons avec Denver, il finit par rejoindre la CFL en 2008. Il y trouvera un peu plus de succès avec les Toronto Argonauts, mais prend sa retraite en 2011 après une grosse blessure au cou.

La pépite de la Draft 2001 – Drew Brees 

  • 2ème tour – 32ème choix, San Diego Chargers
  • 249 matchs – 1 All-Pro – 11 Pro Bowl

Légende de Purdue, Drew Brees détient 19 records d’université et 13 records de conférence Big Ten lorsqu’il se déclare pour la Draft 2001. A ce jour, il détient toujours le record de yards dans l’histoire de la conférence (11 792). Le QB est pris avec le 1er choix du second tour et démarre sa carrière avec les San Diego Chargers. Il devient titulaire lors de sa deuxième saison et passe la barre des 3 000 yards. Il connaît une saison difficile ensuite, avant de briller en 2014, avec 3 159 yards et 27 touchdowns pour 7 interceptions. Il obtient sa première sélection au Pro Bowl. Il enchaîne bien l’année d’après mais se blesse gravement à l’épaule lors du dernier match. Inquiets, les Chargers offrent un contrat très loin des attentes du QB. Après des négociations avec les Dolphins et les Saints, Brees signe un contrat de 6 ans avec New Orleans. Avec les Saints, il va confirmer son statut de « franchise QB » et passer les 4 000 yards dès sa première saison au club (4 418 en 2006), et toujours rester au-dessus de cette barre depuis (soit 12 saisons consécutives). Il passe même les 5 000 yards lors de 5 saisons, la première en 2008 et la dernière en 2016. 10 fois Pro Bowler sous le maillot des Saints, il mène également la franchise à son premier titre. New Orleans remporte en effet le Superbowl XLIV à l’issue de la saison 2009, et Drew Brees est élu MVP du match. Toujours au niveau malgré ses 39 ans, Brees vient de prolonger de 2 ans avec les Saints.

Drew Brees, champion et MVP du Superbowl XLIV (Houston Chronicle)

Futur Hall of Famers, Drew Brees détient déjà de nombreux records NFL, en voici une sélection :

  • Saisons consécutives à plus de 4 000 yards : 12
  • Saisons à plus de 5 000 yards : 5
  • Matchs avec plus de 300 yards à la passe : 109
  • Matchs avec plus de 400 yards à la passe : 15
  • Matchs consécutifs avec au moins 1 touchdown : 54
  • Années comme leader de NFL en yards à la passe : 7

A ce jour, le QB est 3ème dans l’histoire en yards à la passe (70 445) derrière Peyton Manning et Brett Favre, et 3ème en touchdowns (488) derrière les deux mêmes hommes et à égalité avec Tom Brady.

Les autres bons coups

Steve Smith (WR)

  • 3ème tour – 74ème choix, Carolina Panthers
  • 219 matchs – 2 All-Pro – 5 Pro Bowl

Sélectionné au 3ème tour par les Panthers, Steve Smith est Pro Bowler et All-Pro dès sa saison rookie. Il ne s’illustre pas comme receveur, car il joue très peu, mais comme spécialiste des retours de coups de pied. Il marque d’ailleurs son premier touchdown, sur sa première action en pro, un retour de kick-off. Il devient ensuite titulaire comme receveur lors de sa 2ème saison, mais des problèmes extra-sportif le ralentissent quelque peu. En 2003, il se concentre davantage sur le terrain et aide les Panthers à atteindre le Superbowl. D’un point de vue statistiques, il passe la barre des 1 000 yards (1 110) avec 88 réceptions dont 7 touchdowns. Il ne pourra hélas pas confirmer l’année suivante puisqu’il se casse la jambe lors du match d’ouverture. En 2005, il fait un retour tonitruant et sort sa meilleure saison. Il passe tout prêt de le « triple couronne », finissant leader de NFL en yards (1 563), co-leader en réceptions (avec Larry Fitzgerald, 103) et également co-leader en touchdowns (avec Marvin Harrison, 12). Malgré l’attention particulière des défenses (double couvertures), Smith parvient à passer les 1 000 yards lors des 3 saisons suivantes. En 2008, il gagne même 1 421 yards en seulement 14 matchs. Il régresse ensuite pendant 2 saisons et touche le fond en 2010, en même temps que son équipe. En 2011, il rebondit une nouvelle fois et termine la saison avec 1 394 yards. Il en profite pour dépasser les 10 000 yards en carrière. Il s’offre une 7ème saison à plus de 1000 yards la saison suivante, et passe les 800 réceptions en carrière la suivante. En 2014, il signe à Baltimore, où il jouera ses 3 dernières saisons. Il passe les 1 000 yards lors de sa première année avec les Ravens, puis démarre fort la suivante avant de se blesser au tendon d’Achilles. Cette blessure reporte sa retraite et il décide de revenir en 2016, pour termine en beauté. Il quitte la NFL avec 1 031 réceptions (12ème dans l’histoire), 14 731 yards (8ème) et 81 touchdowns (26ème).

Chad Johnson (WR)

  • 2ème tour – 36ème choix, Cincinnati Bengals
  • 166 matchs – 2 All-Pro – 6 Pro Bowl

Il n’aura fallu qu’une saison universitaire à Chad Johnson pour convaincre son monde. Auteur de 806 yards et 8 touchdowns, il aide Oregon State à gagner 11 matchs sur 12 et le Fiesta Bowl face à Notre Dame. Il est pris au 2ème tour par les Bengals, mais ne va pas être titulaire tout de suite. Une fois ce petit temps d’adaptation passé, Chad Johnson va débuter sa période de domination, et poster 6 saisons de rang avec plus de 1000 yards et 5 TD. Il mène l’AFC en yards à 4 reprises sur cette période et participe à 5 Pro Bowl. 2008 est une saison compliquée puisque sans Carson Palmer, blessé, Johnson et les Bengals n’y arrivent pas. Le receveur sort alors sa pire saison (hors rookie) avec seulement 540 yards et 4 TD. Il rebondit bien la saison suivante, avec une 7ème campagne à plus de 1000 yards et un nouveau Pro Bowl. Lors de sa dernière saison à Cincinnati, Johnson passe les 10 000 yards en carrière et devient le recordman de franchise en touchdowns. Sur le déclin, il signe chez les Pats, où il ne fera qu’une seule saison décevante. En 2012, il change son nom en Chad Ohocinco et rejoint les Dolphins, qui ne le conserveront pas. Il retrouve le football en 2014 au Canada avec les Monteal Alouettes, puis en 2017 au Mexique avec les Monterrey Fundidores. Au total lors de sa carrière NFL, Chad Johnson affiche 766 réceptions, 11 059 yards et 67 touchdowns. Il détient actuellement les records de franchise à Cincinnati, en réceptions (751), yards (10 783) et touchdowns (66).

A noter qu’au 7ème tour de la Draft 2001, les Bengals ont également pris le receveur T.J Houshmandzadeh, qui était le coéquipier de Chad Johnson à Oregon State. Pro Bowler en 2007, il est resté 8 ans à Cincinnati. Retraité en 2011, il affiche 627 réceptions, 7 237 yards et 44 TD en carrière.

Matt Light (OT)

  • 2ème tour – 48ème choix, New England Patriots
  • 155 matchs – 1 All-Pro – 3 Pro Bowl

A l’université de Purdue, Matt Light protège un certain Drew Brees, qui débarque en NFL lors de la même Draft que lui. Sélectionné par les Patriots, il protégera Drew Bledsoe puis Tom Brady en NFL. Dès sa saison rookie, il est le Left Tackle titulaire de l’équipe et fait partie d’une superbe ligne offensive. Les Pats mène la ligue au sol, ce qui les aide à remporter le Superbowl XXXVI en fin de saison. Il gagnera une seconde bague de champion deux ans plus tard, grâce à une victoire sur les Panthers lors de laquelle la ligne offensive n’alloue pas le moindre sack. En 2004, il aide le RB Corey Dillon à battre le record de franchise de yards au sol (1 635), puis prolonge son contrat. Quelques mois plus tard, il sera champion pour la troisième fois. Titulaire sur son poste de Left Tackle jusqu’en 2011, il jouera 2 autres Superbowl, les deux perdus face aux Giants. Il prend d’ailleurs sa retraite après la défaite au Superbowl XLVI.

Adrian Wilson (DB)

  • 3ème tour – 64ème choix, Arizona Cardinals
  • 181 matchs – 1 All-Pro – 5 Pro Bowl

Sélectionné au début du 3ème tour par les Cardinals, Adrian Wilson va devenir le Strong Safety titulaire de la franchise pour les 12 saisons suivantes. Il connaît un début de carrière un peu lent, avec 3 premières saisons globalement moyennes. Son niveau de performance augmente en 2004 et 2005, et c’est en 2006 qu’il perce réellement. Il totalise 4 interceptions cette année-là, dont un touchdown record de 99 yards, et est sélectionné pour son premier Pro Bowl. Après une année raccourcie par une blessure, il confirme en étant Pro Bowler 4 fois de suite entre 2008 et 2011. Sa meilleure saison est en 2009, lorsqu’il est All-Pro et qu’il aide Arizona à jouer le premier Superbowl de son histoire. En 2013, Wilson quitte les Cards et signe avec les Pats, mais il se rompt le tendon d’Achilles à l’entrainement. Non retenu par New England, il ne rejouera plus et annonce finalement sa retraite en 2015 après avoir signé un contrat d’un jour avec Arizona. Il quitte la NFL avec 27 interceptions et 25 sacks, faisant de lui le 6ème joueur de l’histoire dans le club fermé « 25/25 ».

Kris Jenkins (DT)

  • 2ème tour – 44ème choix, Carolina Panthers
  • 108 matchs – 2 All-Pro – 4 Pro Bowl

Pris au second tour, Kris Jenkins doit attendre sa 2ème saison pour se faire une place au sein de l’effectif des Panthers, comme replaçant de Warren Sapp. Cette année-là, il s’illustre en totalisant 60 plaquages et 7 sacks. Il confirme la saison suivante et aide Carolina à atteindre le Superbowl. Les saisons 2004 et 2005 sont plus compliquées puisqu’il ne joue quasiment pas à cause de blessures, d’abord à l’épaule, puis au genou. Les deux saisons suivantes, il joue tous les matchs mais ses performances ne sont pas au niveau de son début de carrière. En 2008, il est transféré chez les Jets, où il terminera sa carrière 3 ans plus tard. Lors de sa première saison à New York, Jenkins retrouve des couleurs et fait même partie des meilleurs défenseurs de NFL. Il subit ensuite une nouvelle grosse blessure au genou, puis prend finalement sa retraite en 2011, avec 279 plaquages et 24 sacks en carrière.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s