Draft 2018 – Quarterbacks

Publié le Mis à jour le


Cette Draft 2018 semble être spéciale pour le poste de Quarterback. En effet, pas moins de 5 QB pourraient sortir au premier tour, ce qui égalerait la Draft 1999. De nombreuses franchises NFL ont besoin d’un quarterback et cette forte demande va avoir une influence sur l’ensemble de la Draft. Ensuite, il faut choisir son prospect. Sam Darnold ou Josh Rosen, les deux QB Californiens qui semblent déjà prêts pour le niveau supérieur ? La productivité de Baker Mayfield ? Le potentiel de Josh Allen ? ou bien la mobilité de Lamar Jackson ?

Sam Darnold – USC

  % passes réussies Yards Touchdowns Interceptions
2016 66.5% 3 086 31 9
2017 62.7% 4 135 26 13

Lancé en 2016 par les Trojans, Sam Darnold a rapidement impressionné les observateurs, qui ont tout de suite vu en lui un talent spécial. Le QB a plutôt confirmé son statut de potentiel numéro 1 de la Draft en 2017, même si sa saison a été moins aboutie. Visiblement moins confiant, il a en effet commis trop d’erreurs (interceptions et fumbles). Il a néanmoins rassuré lors de son Pro Day, où il a une nouvelle fois montré qu’il était surement l’un des QB les plus mûres de cette cuvée pour la NFL, notamment grâce à son calme dans sa pocket, sa vision du jeu et sa précision de passe.

Points forts

  • Calme dans sa pocket. Maîtrise de la pression.
  • Bon bras, précis sur tout type de passes. Excellent placement de la balle pour ses receveurs.
  • Capacité d’étendre les actions grâce à ses qualités physiques.

Points faibles

  • Peu d’expérience (1 saison et demi)
  • A eu du mal lorsque les défenses se sont habituées à lui (2017)
  • Trop d’erreurs dans la prise de décisions, conduisant à des pertes de balle

Conclusion – 1er tour, potentiel 1er choix

Sam Darnold a le potentiel pour devenir un « franchise QB » s’il est bien coaché et qu’il peut apprendre les nuances de la NFL lors d’une première saison sans trop de pression. Il doit avant tout travailler sur sa prise de décision pour éviter de perdre trop de ballons. Les équipes qui ont besoin d’un QB ont surement inscrit le nom de Darnold en haut de leur liste, et il y a de grande chance de le voir sortir dans le top 5, voire même en numéro 1.

Josh Rosen – UCLA

  % passes réussies Yards Touchdowns Interceptions
2015 59.6% 3 671 23 11
2016 59.1% 1 916 10 5
2017 62.5% 3 755 26 10

A l’image de Darnold, Josh Rosen a également impressionné dès sa première saison universitaire en 2015. Son bras à la fois puissant et précis est remarqué et sa présence dans la pocket est un point fort pour le niveau NFL. Il ne peut hélas pas trop confirmer en 2016 puisqu’il ne joue que 6 matchs avant de se blesser à l’épaule. Malgré quelques pépins physiques lors de sa dernière année (2 commotions), Rosen fait une belle saison et marque notamment les esprits lors d’un comeback légendaire face à Texas A&M.

Points forts

  • Le meilleur pur passeur de cette Draft
  • Passes rapides, magnifique spirale, excellent placement. Ce qui permet de battre la couverture même avec peu d’espace.

Points faibles

  • Peu mobile. En difficulté lorsqu’il doit lancer la balle en mouvement.
  • Personnalité qui ne fait pas l’unanimité. A eu des soucis dans le vestiaire à UCLA. Certains questionnent ses qualités de leaders.

Conclusion – 1er tour, potentiel 1er choix

Sa personnalité pourrait pousser des équipes à ne pas le prendre, mais son talent est indéniable. Meilleur passeur de cette cuvée 2018, à tous les niveaux du terrain, il pourrait faire des merveilles au sein d’une équipe qui veut jouer avec un Quarterback classique. Bien coaché, il a lui aussi le potentiel pour devenir un « franchise QB » en NFL.

Josh Allen – Wyoming

% passes réussies Yards Touchdowns Interceptions
2016 55.3% 3 202 28 15
2017 56.1% 1 812 16 6

Après une superbe saison 2016 à la tête de l’université du Wyoming, Josh Allen était vu comme un potentiel choix au premier tour de la Draft 2017. Mais le QB a décidé de rester une saison de plus avec les Cowboys. Hélas sa saison est moyenne, avec des hauts et des bas. Par moment, ses qualités physiques et son bras supersonique font qu’il est comparé à Ben Roethlisberger, et sur le match suivant, il passe à côté avec plusieurs très mauvaises décisions. Mais Allen a de nouveau fait grimper sa côte durant l’intersaison, avec tout d’abord une excellente performance lors du Senior Bowl. Il a ensuite enchaîné avec un très bon Combine et un Pro Day de qualité.

Points forts

  • Le bras le plus puissant de cette Draft. Passes incroyables dans la profondeur, même en mouvement.
  • Qualités physiques, capable de sortir de sa pocket pour aller chercher les yards seul.

Points faibles

  • Problèmes de précision, parfois inquiétant.
  • Force des passes longues. Difficultés à lire les meilleures défenses.

Conclusion – 1er tour, potentiel top 5

Josh Allen est bien moins prêt pour la NFL que Darnold ou Rosen. Sa précision est le plus gros problème, et les équipes pourraient juger que c’est un problème qui ne peut être réellement corrigé. Mais son bras surpuissant attire, son physique intrigue, ce qui signifie qu’il partira très tôt lors de cette Draft où beaucoup d’équipes ont besoin d’un Quarterback.

Baker Mayfield – Oklahoma

% passes réussies Yards Touchdowns Interceptions
2015 67.7% 3 699 36 7
2016 70.6% 3 963 40 8
2017 70.4% 4 634 43 6

Aucun Quarterback présent lors de cette Draft ne présente un CV comme celui de Baker Mayfield. Certes bien aidé par la performante attaque des Sooners, il affiche une impressionnante carrière universitaire avec 12 296 yards et 119 TD (pour 21 INT) en 3 ans. Vainqueur du trophée Heisman en 2017, il compense ses attributs physiques limités par son talent ballon en main.

Points forts

  • Exceptionnelle carrière universitaire. Heisman Trophy en 2017.
  • Capable de créer des actions avec son bras comme avec ses jambes.
  • Précision chirurgicale. Impeccable dans ses prises de décision.

Points faibles

  • Seulement 1m85 (petit pour un QB de NFL).
  • Son caractère peut faire peur, notamment au niveau supérieur avec une couverture médiatique accrue.
  • Conserve parfois la balle trop longtemps, ce qui peut être un souci en NFL.

Conclusion – 1er tour

Peu de QB d’1m85 ont réussi en NFL (Drew Brees et Russell Wilson sont des exceptions), mais peu de QB arrivent en NFL avec un tel CV au niveau universitaire. La talent est clair pour Baker Mayfield, qui est un leader né et un joueur capable de briller s’il tombe dans le bon système. Trop confiant et parfois provocateur, il va effrayer quelques équipes, mais trop de franchises ont besoin d’un QB pour laisser filer Mayfield après le 1er tour.

Lamar Jackson – Louisville

% passes réussies Yards Touchdowns Interceptions
2015 54.2% 1 839 12 8
2016 55.9% 3 532 30 9
2017 59.1% 3 647 27 10

La comparaison qui vient directement en tête lorsque l’on voit Lamar Jackson joué est Michael Vick. Virevoltant lorsqu’il utilise ses jambes, Jackson affiche 4 132 yards et 50 TD au sol en 3 saisons avec Louisville. Il a également beaucoup progressé dans le jeu de passes au cours des saisons, même s’il présente toujours des problèmes de précision. Ses performances lui ont valu de remporter le trophée Heisman en 2016, et de terminer 3ème cette année. Cependant, il est un prospect particulier et les recruteurs ont du mal à le positionner. Pour certains, il devrait même penser à devenir receveur au niveau supérieur…

Points forts

  • Excellent sur le jeu au sol.
  • Belle présence dans la pocket.
  • Bras puissant, capable de passer dans la profondeur.

Points faibles

  • Soucis de précision. 56.8% de passes réussies en carrière.
  • Doit améliorer son jeu de jambes pour être un passeur plus efficace.

Conclusion – 1er ou 2ème tour

Le cas Lamar Jackson est intéressant, et il lui faudra un plan de jeu offensif créatif pour qu’il laisse éclater son talent en NFL. De nombreuses équipes vont être refroidi par sa mauvaise précision, mais il peut s’imposer au sein d’une franchise qui construit autour de ses qualités.

Mason Rudolph – Oklahoma State

% passes réussies Yards Touchdowns Interceptions
2015 61.7% 3 766 21 9
2016 63.3% 4 085 28 4
2017 65.2% 4 962 37 9

Les stats de Mason Rudolph sont indéniablement de haute facture, mais cela ne suffit pas à convaincre les recruteurs, qui savent que les défenses de la Big 12 ne sont pas les plus coriaces. Physiquement, il est le prototype du QB de NFL, par contre il va devoir beaucoup progresser s’il veut y devenir un titulaire sur le long terme.

Points forts

  • Grosse production en 3 saisons à Oklohoma State.
  • Très à l’aise dans la profondeur et quand il a le temps.

Points faibles

  • Précision qui lui fait défaut par moment. Manque de régularité sur ses passes.
  • Puissance moyenne. Affecte le positionnement de la balle dans la profondeur. Peut devenir un problème face à des couvertures resserrées au niveau NFL.
  • Soucis d’anticipation de la pression. Tendance à garder la balle trop longtemps et va prendre des sacks.

Conclusion – 2ème ou 3ème tour

Si une équipe tombe sous son charme, il peut très bien sortir dès le premier tour, mais la tendance est plutôt à une sélection lors du deuxième jour de la Draft. Trop de recruteurs semblent dubitatifs sur sa capacité à transférer ses performances en NFL, où les défenses seront bien plus fortes. Néanmoins, Mason Rudolph a du talent, et avec un peu de temps pour progresser, il pourrait se faire une place dans l’élite.

Les autres QB à suivre

Luke Falk – Washington State

Parfois comparé à Kirk Cousins, le QB des Cougars a connu une dernière saison compliquée du fait de blessures. Sa force est un bras plutôt correct, avec une précision intéressante. Il y a néanmoins des doutes sur sa puissance et sa capacité à lancer dans la profondeur. Son physique un peu léger pose également problème pour le niveau NFL. Il pourrait sortir en milieu de Draft.

Kyle Lauletta – Richmond

Intéressant mais peu mis en avant à Richmond, Kyle Lauletta a vu sa cote grimper après le Senior Bowl. Certaines équipes ont commencé à se pencher de plus près sur son cas. Très bon passeur, il est précis sur le jeu court et le jeu intermédiaire, mais ça se dégrade dans la profondeur. Il est également relativement mobile. Lauletta possède quelques traits qui laissent envisager un développement positif en NFL, et il pourrait ainsi sortir en milieu de Draft.

Mike White – Western Kentucky

En 2016, Mike White a fait de belles choses et il découpait notamment ses adversaires sur le jeu long. Hélas, la saison 2017 a été plus compliquée, notamment du fait d’un changement de schéma offensif. Ce problème d’adaptation fait d’ailleurs partie des craintes de certains recruteurs. Globalement bon passeur et intelligent sur le terrain, il pourrait plaire en fin de Draft à certaines franchises, qui veulent un jeune QB à développer.

Chase Litton – Marshall

C’est une petite surprise d’avoir vu Chase Litton se déclarer pour la Draft 2018, mais il peut avoir une chance de faire son trou. Solide pendant 3 saisons avec Marshall, il a montré qu’il était capable de réaliser quelques passes de qualité. Cependant, il n’a jamais réellement progressé au niveau de la précision et de la prise de décision. Un choix en fin de Draft semble logique.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s