anquan boldin

Week 6 – Ce qu’il faut retenir des matchs de dimanche

Publié le

Avant la 6ème journée de la saison, il y avait 6 équipes invaincues. Les Falcons avaient chuté dès jeudi lors du match d’ouverture de la week 6 face aux Saints. Les 5 autres équipes jouaient dimanche et ont continué leurs débuts de saison parfaits. La seule équipe sans victoire, Detroit, a décroché son premier succès de la saison.

Brandon Marshall et les Jets remportent leur 4ème match de la saison (the Jet Press)
Brandon Marshall et les Jets remportent leur 4ème match de la saison (the Jet Press)

New-York Jets (4-1) 34 – Washington Redskins (2-4) 20

  • Les Jets ont eu du mal à rentrer dans le match. Les Redskins menaient 13-10 à la mi-temps, grâce notamment à 3 pertes de balle forcées (1 interception et 2 fumbles).
  • New York fait la différence après la pause. Cette saison, les Jets ont marqué 34 points sans en encaisser aucun dans ce troisième quart-temps. Au contraire, Washington a pris 46 points pour seulement 3 marqués.
  • En deuxième mi-temps, les Jets interceptent Kirk Cousins à deux reprises (Darrelle Revis, Marcus Gilchrist). Washinton a perdu les 4 matchs lors desquels Cousins a lancé au moins 2 interceptions.
  • Brandon Marshall termine avec 7 réceptions, 111 yards et 1 TD. C’est son quatrième match de suite avec plus de 100 yards. Quant à Chris Ivory, il continue de dominer le jeu au sol. 146 yards en 20 courses, avec 1 touchdown.

Pittsburgh Steelers (4-2) 25 – Arizona Cardinals (4-2) 13

  • Les Steelers ont remporté ce match grâce à deux héros inattendus, le QB Landry Jones et le WR Martavis Bryant.
  • Jones, troisième QB de Pittsburgh, a remplacé Michael Vick qui s’est blessé pendant le match. Bryant était de retour de suspension. Jones lance pour 168 yards (8/12) et 2 touchdowns pour Bryant. Le dernier de 88 yards assure la victoire des Steelers. Il a également plus lancé vers Antonio Brown, ce que ne faisait pas Vick. La défense des Cards a alors dû s’adapter pour défendre sur le receveur et Le’Veon Bell s’est réveillé.
  • Les Cardinals ont largement dominé la première mi-temps (279 yards contre 59 pour les Steelers, dont 1 petit yard à la passe…) mais ne sont rentrés aux vestiaires qu’avec 7 points d’avance (10-3).
  • Carson Palmer finit avec 421 yards et 1 TD, mais il se fait intercepté à deux reprises. La défense de Pittsburgh a donc souffert pour stopper le jeu de passe mais a su se montrer opportuniste aux bons moments.

Lire la suite »

Publicités

Odell Beckham Jr. au sommet d’une classe de receveurs historique

Publié le

En attendant (impatiemment) le début des playoffs avec les 4 matchs de wild-cards, j’ai décidé de m’arrêter sur l’une des révélations de cette saison, Odell Beckham Jr. 

En seulement 12 matchs, Odell Beckham est devenu une des « attractions » de la NFL. En plus de ses statistiques impressionnantes, on retiendra ce qui restera l’une des plus belles réceptions de l’histoire du sport. Le receveur des Giants est favori pour le titre de meilleur rookie, une année où les receveurs se sont montrés à leur avantage. Mike Evans, Kelvin Benjamin ou encore Sammy Watkins, tous ont connu des premières saisons fructueuses. Pour la majorité des experts, cette classe 2014 de receveurs est l’une des meilleures de l’histoire, devant même celles de 1985 et 1996.

Mike Evans, Kelvin Benjamin, Sammy Watkins, Odell Beckham Jr (SI.com)
Mike Evans, Kelvin Benjamin, Sammy Watkins, Odell Beckham Jr (SI.com)

Lire la suite »

A la recherche du meilleur trio QB-RB-WR de la NFL (2)

Publié le

Cette semaine, je me suis intéressé aux attaques de la NFL, et plus particulièrement aux « skills positions ». J’ai donc fait mon petit classement du meilleur trio Quarterback – Running-Back – Receveur. Alors évidemment, même s’il y a un lien, il ne faut pas confondre meilleur trio offensif avec meilleure attaque globale. La philosophie des coachs et coordinateurs ou le travail de la ligne offensif sont d’autres facteurs à prendre en compte pour une analyse globale des performances offensives. Dans cette liste, je me suis donc seulement basé sur un trio de joueurs. 

On continue avec les équipes entre la 11ème et la 20ème place. 

Matt Ryan et Julio Jones, un duo un peu isolé au sein de l'attaque des Falcons (tsmplug)
Matt Ryan et Julio Jones, un duo un peu isolé au sein de l’attaque des Falcons (tsmplug)

Lire la suite »

NFC Championship – Seattle 23 – San Francisco 17, La défense des Seahawks a le dernier mot

Publié le

Après la qualification des Broncos, place à la finale de conférence NFC. Les rivaux de la division West, les Seahawks et les 49ers, s’affrontaient dans un CenturyLink Field bouillant. Au terme d’un match intense et physique, c’est Seattle qui s’offre un voyage à New-York pour le Super Bowl. Résumé de la bataille.

La film du match

Les courses de Kaepernick ont fait des ravages en première mi-temps
Les courses de Kaepernick ont fait des ravages en première mi-temps

Annoncé comme une bataille défensive, le match va débuter de la meilleure des manières pour San Francisco. Sur la première balle jouée par Russell Wilson, Aldon Smith vient sacker le QB, force le fumble et le récupère. Les 49ers ouvre le score peu après sur un field-goal de Dawson. Le match est lancé très rapidement. Les défenses prennent le dessus en début de match, les running-backs sont châtiés et les quarterbacks n’ont pas le temps de développer leur jeu de passes. Le seul à trouver la brèche, c’est Colin Kaepernick avec ses courses. Il réalise notamment un « big play » dans le deuxième quart-temps, avec un gain de 58 yards qui va amener le premier touchdown du match de Dixon. Grâce aux jambes de Kap, les niners mènent 10 à 3 à la mi-temps.

Dès le retour des vestiaires, les choses changent. Seattle insiste avec son jeu au sol et Marshawn Lynch parvient enfin à faire sauter le verrou. « BeastMode » permet aux Seahawks d’égaliser avec un touchdown de 40 yards. C’était sans compter sur la réaction des Californiens. Kaepernick alterne passes et courses pour remonter le terrain, évite de justesse un fumble, puis réussi une passe en extension incroyable qui termine dans les bras de Boldin. Les 49ers reprennent l’avantage (17-10).

"Beast Mode"
« Beast Mode »

Puis vient le quatrième quart-temps, dramatique. La défense de San Francisco tient bon, mais Pete Carroll décide de jouer une quatrième tentative. Bon appel car Wilson trouve Kearse pour faire repasser les locaux devant (20-17). Progressivement la défense des Seahawks prend le dessus sur Colin Kaepernick, qui va perdre le fil du match. Gêné par le bruit du public, il a du mal à organiser ses attaques et fini par perdre un fumble sur un tackle de Bennett. Seattle est alors de retour sur la ligne d’en-but des 49ers, mais la défense est héroïque et force deux fumbles pour finalement récupérer le cuir. NaVorro Bowman se blesse gravement au genou sur l’action. On pense alors que San Francisco vient de faire tourner le match, mais Kaepernick craque et se fait intercepté par Kam Chancellor. Le kicker Hauschka ajoute trois points à deux minutes du terme, les 49ers ont encore une chance. Sur une quatrième tentative critique, Kap trouve Gore, puis Boldin ensuite pour arriver dans les 20 yards de Seattle. Le 12ème homme retient son souffle, Kaepernick lance la balle vers la end-zone, mais Richard Sherman surgit et dévie le cuir dans les mains de Smith. Interception, les Seahawks remportent le match 23 à 17. Final haletant.

Les stats

Les QB n’ont pas été très performant dans le jeu de passe. Russell Wilson a tout de même été relativement précis, avec un 16/25 pour 215 yards et 1 TD. Son receveur favoris a été Doug Baldwin, qui attrape 6 balles pour 106 yards. Pour Colin Kaepernick, le bilan est médiocre dans les airs, 14/24 pour 153 yards, 1 TD et surtout 2 interceptions dans le quatrième quart. Boldin gagne 53 yards en 5 réception, avec un touchdown.

Les plus gros gains viennent du jeu au sol. Kap, très à l’aise en première mi-temps, gagne 130 yards au sol. Pour la bête Marshawn Lynch, le réveil est venu en seconde période et il termine avec 109 yards en 22 courses, dont un touchdown de 40 yards. Petit comparatif entre les mi-temps pour Lynch, 12 courses pour 34 yards dans le premier acte, soit une moyenne de 2.8 yards par course; et 75 yards en 10 courses en deuxième période, soit 7.5 yards d’average.

Wilson vs Kaepernick

Deux des meilleurs quarterbacks modernes s’affrontaient. Wilson n’a pas fait de folie mais a été très sûr et il a su lancer les bonnes passes au bon moment, on pense notamment au TD de Kearse qui redonne l’avantage au hawks. Son fumble d’entrée aurait pu le déstabiliser, mais il a été sérieux malgré la pression continue de la défense des niners.

Quant à Kaepernick, il a très clairement marqué la première mi-temps de son empreinte, avec des courses superbes. Le scramble de 58 yards restera comme l’une des actions de la soirée, tout comme sa passe en extension pour le TD de Boldin dans le troisième quart. Mais on retiendra surtout ses trois pertes de balle en fin de match, il a craqué au moment où il devait être décisif.

Les Seahawks à la conquête de leur premier titre

Sherman et les Hawks sont au Super Bowl
Sherman et les Hawks sont au Super Bowl

Seattle sera donc opposé à Denver lors du Super Bowl XLVIII. Les hawks tenteront de remporter le premier titre de leur histoire, leur premier essai s’était conclut par une défaite face aux Steelers (saison 2005-2006). La meilleure défense de la NFL aura fort à faire face à la meilleure attaque de la ligue, menée par Peyton Manning.

NFC Divisional Round : 49ers 23 – Panthers 10, San Francisco contrôle Newton, Carolina, et retrouvera Seattle en finale de conférence

Publié le Mis à jour le

Lors du match de saison régulière, le match avait été très fermé entre deux des meilleures défenses de la NFL. Les Panthers était venu arracher une victoire 10-9 à San Francisco. Les 49ers se sont vengé ce soir en éliminant Carolina grâce à une belle victoire et un match parfaitement contrôlé.

Le film du match

Les playoffs réussissent bien à Colin Kaepernick
Les playoffs réussissent bien à Colin Kaepernick

Comme lors du match de saison régulière, les 49ers sont les premiers à marquer, mais ils ne parviennent pas à faire mieux que deux field-goals (6-0). Et ce sont les Panthers qui vont marquer le premier touchdown du match, une passe millimétrée de 31 yards de Cam Newton pour Steve Smith. Carolina va même mener 10 à 6 après un field-goal. Mais cette fois, Colin Kaepernick et l’attaque des 49ers vont réagir. Le QB trouve Vernon Davis pour redonner l’avantage aux Californiens avant le mi-temps (13-10).

La deuxième mi-temps est ensuite parfaitement contrôlée par San Francisco, qui ne va plus encaisser de points. Dès le retour des vestiaires, Colin Kaepernick réalise un big play, une passe de 45 yards pour Anquan Boldin. Deux actions plus tard, Kap termine lui-même le boulot avec une course. Les 49ers vont ensuite marquer un dernier field-goal, après une course de 39 yards de Frank Gore. Score final 23 à 10.

Les stats

La défense des 49ers a mis une grosse pression sur Newton
La défense des 49ers a mis une grosse pression sur Newton

Colin Kaepernick continue ses bonnes performances en playoffs. Le QB termine avec 196 yards et 1 TD à la passe, et ajoute un touchdown sur une course. Sa cible préférée a une nouvelle fois été Anquan Boldin, qui termine avec 8 réceptions pour 136 yards. Frank Gore gagne lui 84 yards en 17 courses.

La défense des San Francisco a pris le dessus sur Carolina, avec notamment une pression intense sur Cam Newton. Le QB, qui termine avec 267 yards, se fait intercepté deux fois et sacké à quatre reprises. Les 49ers ont également arrêté les Panthers deux fois sur la ligne d’en-but.

Et ensuite ?

San Francisco se qualifie pour sa troisième finale de conférence consécutive, et n’est plus qu’à un match de revenir au Super Bowl. Ils affronteront le rival de la NFC West, et meilleure équipe de la conférence, les Seattle Seahawks. Chaque équipe a remporté un match lors des affrontements en saison régulière.

 

Présentation des Wild-Cards

Publié le Mis à jour le

Les Playoffs 2014 débutent aujourd’hui avec les tour des Wild-Cards. Quatre rencontres, deux dans chaque conférence, qui proposent de belles affiches. Présentation des matchs.

298px-NFL_Playoffs_logo.svg

Samedi, 22h35 : Kansas City Chiefs @ Indianapolis Colts

indvskc

Le contexte

Les Colts ont pris un ascendant psychologique en allant battre les Chiefs à Kansas City, 23 à 7 lors de la 14ème journée. Indianapolis a par ailleurs bouclé sa saison par trois victoires. Mais les Chiefs seront à 100%, les titulaires s’étant reposés lors de la dernière journée de saison régulière. Une des questions principales est de savoir quelle défense des Chiefs sera sur le terrain, celle du début d’année qui dominait la NFL ou bien celle plus poreuse de la fin de saison ?

Les joueurs à suivre

Le duel de quarterbacks sera intéressant à suivre, entre un Alex Smith qui excelle dans sa « pocket » et un Andrew Luck plus adepte des « big plays ». Pour Kansas City, le joueur qui pourra faire la différence est le versatile running-back Jamaal Charles, qui est une menace au sol mais aussi dans le jeu de passe. Pour Indianapolis, le leader de la NFL en sacks, Robert Mathis, tentera de destabiliser le jeu offensif des Chiefs.

Les statistiques

  • Kansas City a réussi une saison inespérée mais a perdu ses cinq matchs face aux équipes de l’AFC présentes en playoffs.
  • Andrew Luck est le joueur qui a réussi le plus de drive gagnant/comebacks depuis 2012, avec 10. Alex Smith n’en compte qu’un seul sur la même période.
  • La défense des Chiefs est celle qui récupère le plus de ballon (36), et l’attaque des Colts est celle qui en perd le moins (14).

Dimanche, 2h10 du matin : New Orleans Saints @ Philadelphia Eagles

phivsno

Le contexte

Ce match s’annonce explosif, entre deux équipes résolument portées vers l’attaque. Les Eagles, qui ont remporté sept de leurs huit dernières rencontres, sont sur une meilleure dynamique que les Saints, qui se sont fait doubler par les Panthers en fin de saison. La franchise de Louisiane est ainsi obligée de se déplacer, pas forcément une bonne nouvelle car Drew Brees et les siens affichent un bilan de 3-5 à l’extérieur cette saison.

Les joueurs à suivre

Il faudra bien entendu regarder du côté des lignes offensives. Nick Foles et Drew Brees ont tous les deux brillé cette saison, mais le meneur des Saints à plus d’expérience. Bloquer la connexion Brees-Graham sera la clé. Les Eagles pourront en revanche plus varier leurs jeux offensifs, grâce notamment à l’un des meilleurs running-back de la NFL, LeSean McCoy.

Les statistiques

  • Les Saints n’ont jamais remporté un match de playoffs à l’extérieur (5 défaites).
  • Pour la première fois dans l’histoire des playoffs, Philadelphia présente un QB avec un Rating supérieur à 100 (Nick Foles, 119.2), un RB avec plus de 1600 yards (LeSean McCoy, 1607), et un WR avec plus de 1300 yards (DeSean Jackson, 1332).

Dimanche, 19h05 : San Diego Chargers @ Cincinnati Bengals

cinvssd

Le contexte

Affiche intriguante entre des Chargers qui restent sur quatre victoires de rang, et des Bengals invaincus à domicile cette saison. San Diego a été inconstant, terminant avec 9 victoires de 7 défaites, mais ils ont profité de faux-pas d’adversaires directs pour accrocher les playoffs. Les Bengals ont privé le champion en titre, Baltimore de playoffs, et reste sur trois matchs à domicile avec plus de 30 points marqués (six sur la saison).

Les joueurs à suivre

Aucun quarterback n’a autant à prouver qu’Andy Dalton. Le QB est toujours vu comme le point faible des Bengals, celui qui empêche l’équipe d’aller au Super Bowl. Il a l’occasion de faire taire ses détracteurs, et se servira surement de sa cible numéro 1, A.J Green. Pour les Chargers, Philip Rivers connaît une renaissance tonitruante, et Ryan Mathews n’a jamais été aussi performant au sol. Un beau duel de rookies est également à suivre, entre Giovani Bernard et Keenan Allen, deux prétendants au titre de meilleur rookie.

Les statistiques

  • Andy Dalton a perdu les deux matchs de playoffs qu’il a joué. Il n’a marqué aucun touchdown et s’est fait intercepté 4 fois.
  • Les Bengals n’ont plus gagné un match de playoffs depuis 1990.

Dimanche, 22h40 : San Francisco 49ers @ Green Bay Packers

gbvssf

Le contexte

Ce match sera la revanche du Divisional Round des dernière playoffs, mais cette fois ci le match se jouera au Lambeau Field. Colin Kaepernick a réalisé ses meilleures performances face aux Packers, aussi bien dans les airs qu’au sol. Mais Green Bay peut compter sur le retour de son QB star, Aaron Rodgers, revenu lors de la dernière journée après sept semaines d’indisponibilité.

Les joueurs à suivre

L’histoire de Colin Kaepernick face aux Packers force à suivre sa prestation dimanche soir. Il pourra compter sur ses receveurs favoris, Anquan Boldin et Vernon Davis, ainsi que sur Michael Crabtree qui est de retour de blessure. Frank Gore, est lui toujours aussi précieux et combatif au sol. Pour Green Bay, Aaron Rodgers est de retour au centre de l’attaque et ça suffit à changer la perspective d’une rencontre. Il faudra également suivre le favoris pour le titre de Rookie de l’année, le running-back Eddie Lacy, qui a révolutionné le jeu de course des Packers.

Les statistiques 

  • Les receveurs de San Francisco sont à l’aise en playoffs. Depuis 2009, Anquan Boldin est le joueur qui a le plus de yards (616) et de TD (6). Il est suivi de près par Vernon Davis (5 TD), et Michael Crabtree pointe à la troisième place ex-aequo (4 TD).
  • Aaron Rodgers présente le troisième meilleur rating pour un QB en playoffs, avec 103.6. Il n’est devancé que par Bart Starr (104.6) et Drew Brees (104.2).

N.B : pour les fans de NFL en France, les matchs seront diffusés sur les chaînes Beinsport. Venez commenter le match sur twitter avec le hashtag #nfl-france et #nflextra.

images : footballamericain.com