bobby wagner

Classement des meilleurs linebackers avant la saison 2017 – 2018

Publié le Mis à jour le

Suite des classements par positions, avec aujourd’hui les linebackers. On débutera par les linebackers extérieurs, que j’ai séparé en 2 groupes, en fonctions des systèmes défensifs dans lesquels ils évoluent (3-4 OLB ou 4-3 OLB). Viennent ensuite les patrons du milieu de la défense, les linebackers intérieurs, poste où l’on observe un changement de rôle et de style. La puissance doit aujourd’hui s’accompagner de vitesse et de vision.

3-4 OLB (Linebackers extérieurs)

Chapeau 1 Chapeau 2 Chapeau 3
Von Miller DEN Sheldon Richardson NYJ Justin Houston KC
Chandler Jones ARI Nick Perry GB Jamie Collins CLE
Melvin Ingram SD Lorenzo Alexander WAS Markus Golden ARI
Whitney Mercilus HOU Shane Ray DEN Derrick Morgan TEN
Ryan Kerrigan WAS Brian Orakpo TEN James Harrison PIT
Von Miller est l’un des joueurs les plus dominants de la NFL (Getty)

 

1. Von Miller (Denver Broncos)

Depuis qu’il est entré en NFL, Von Miller c’est au minimum 11 sacks par saison (sauf en 2013 où il n’a joué que 9 matchs à cause d’une blessure). Tout juste sorti d’une superbe saison 2015, ponctuée par un titre de champion et un trophée de MVP du Super Bowl, Von Miller a confirmé sa domination l’année dernière (13.5 sacks). Il est une force difficile à stopper, et peut faire basculer un match à lui tout seul (Tom Brady ou Cam Newton s’en souviennent).

2. Chandler Jones (Arizona Cardinals)

Meilleur défenseur du front-seven des Patriots, Chandler Jones avait terminé la saison 2015 avec 12.5 sacks. Son transfert avait donc été une petite surprise. Le DE n’a donc pas participé au titre récent de New England, mais il a continué à martyriser les QB adverses dans le désert de l’Arizona (11 sacks). Lire la suite »

Publicités

L’équipe-type de la saison 2016/2017

Publié le

La saison 2016/2017 s’est terminée en trombe avec un Super Bowl exceptionnel, qui restera dans l’histoire comme l’un des plus beaux et des plus fous. Mais une fois l’euphorie retombée, que nous reste-t-il ? Au niveau football, pas grand-chose puisque c’est parti pour de longs mois sans NFL… Le marché des transferts et la Draft 2017 vont nous occuper quelques temps, mais les dimanches soir vont nous sembler bien tristes.

Durant les prochaines semaines, je vais revenir sur la saison qui vient de s’écouler et commencer à préparer la suivante. Ainsi, des équipes-types, des classements de joueurs, des bilans et des projections en vue de la Draft sont à venir. Aujourd’hui, nous débutons avec l’équipe-type de la saison 2016/2017.

ATTAQUE

Quarterback

Matt Ryan (Falcons)

Stats 2016 : 69.9%, 4944 yards (309 par match), 38 TD – 7 INT, 117.1 rating

Le MVP de la saison régulière est évidemment le leader de cette équipe-type. Il aurait bien entendu préféré finir avec un titre de champion également, mais lui n’a pas grand-chose à se reprocher (mis à part ce sack pris en fin de match) puisqu’il a de nouveau livré une très belle performance lors du Super Bowl LI.

Lors de la saison régulière, nous avons eu le meilleur Matt Ryan, un contraste avec celui qui semblait en fin de vie 1 an plus tôt. La patte de Kyle Shanahan y est surement pour quelque chose, mais dans tous les cas Matt Ryan était le leader de la meilleure attaque de NFL. Avec 309 yards par match en moyenne, il frôle une saison à 5000 yards. Il termine avec un ratio excellent de 38 TD pour seulement 7 INT et affiche le meilleur rating de NFL (117.1).

Matt Ryan, MVP de la saison 2016/2017 (Getty)
Matt Ryan, MVP de la saison 2016/2017 (Getty)

Lire la suite »

Le champion en impose

Publié le Mis à jour le

Seattle Seahawks 36 – Green Bay Packers 16

Otto Gruele Jr / Getty Images
Otto Gruele Jr / Getty Images

Les Seahawks ont montré pourquoi ils sont les champions en titre en dominant largement les Packers, aussi bien en défense qu’en attaque.

La défense, véritable force de Seattle la saison dernière, n’a pas changé. Le linebacker Bobby Wagner était partout. Il totalise 14 tackles, son record en carrière. Richard Sherman n’a pas eu grand-chose à faire, puisqu’il a été évité durant tout le match. Aaron Rodgers n’a lancé aucune passe dans sa direction. Le QB de Green Bay a été limité à 189 yards (23/33), avec un touchdown pour Randall Cobb en début de match et une interception (Maxwell).

Le jeu au sol, peu utilisé, n’a pas non plus été à la fête. Eddie Lacy gagne 34 yards en 12 touches et a été contraint de quitter le terrain dans le troisième quart temps après un coup à la tête. D’après les premiers retours, le running-back devrait être absent une dizaine de jours.

Les Packers n’ont en réalité jamais réussi à mettre en place leur attaque « up-tempo ».

A l’inverse le jeu au sol des Seahawks a fait des dégâts et a mis au jour quelques problèmes dans la défense de Green Bay. Marshawn Lynch totalise 110 yards (en 20 courses) et marque 2 touchdowns. Russell Wilson a de nouveau été très sûr, avec 191 yards (19/28) et 2 touchdowns (pour Miller et Lockette). Une des grands monsieurs de la soirée est Percy Harvin, enfin de retour en forme. Avec 59 yards dans les airs et 41 yards au sol, il a montré qu’il pouvait être l’un des leaders de cette attaque.

Les Seahawks ont déjà montré qu’il faudra être très fort pour les battre, surtout au CenturyLink. Après cette démonstration, et avec une défense toujours aussi dominatrice et une attaque encore plus forte avec Harvin, la franchise est plus que jamais favorite à sa propre succession.

Quelques stats

** Seattle totalise 398 yards en attaque et limite Green Bay à 255

** Seattle a remporté 18 de ses 19 derniers matchs à domicile, avec une marge moyenne de 16 points.