tony dungy

Week 12 – Happy Thanksgiving

Publié le

La week 12 débutait comme toujours le jeudi soir, sauf qu’hier c’était Thanksgiving ! Du coup, il n’y avait non pas 1 mais 3 matchs au programme, histoire d’occuper nos amis Américains pendant toutes les étapes de la journée (fourrage de la dinde, dégustation de la dinde, digestion de la dinde).

La récompense du vainqueur (Getty)
La récompense du vainqueur (Getty)

Detroit Lions (7-4) 16 – Minnesota Vikings (6-5) 13

  • Match avait un enjeu important dans le NFC North car il opposait les co-leaders Detroit et Minnesota. Grâce à leur victoire, les Lions s’emparent donc seuls de la 1ère place de la division.
  • A 30 secondes de la fin du temps réglementaire, les Vikings ont la balle en main et tentent d’aller chercher la victoire. Mais c’est l’inverse qui va se produire lorsque Sam Bradford se fait intercepter par Darius Slay. Quelques secondes plus tard, Matt Prater passe son field-goal de 40 yards et Detroit l’emporte.
  • Detroit gagne les 2 matchs face aux Vikings cette saison et prennent donc un avantage certain dans la course au titre de division. Il y a quelques semaines, Matt Prater avait déjà été décisif en égalisant sur un field-goal de 58 yards, avant de donner la victoire à son équipe en prolongations.
  • En 11 matchs cette saison, les Lions n’ont jamais connu un écart supérieur à 7 points, que ce soit lors des victoires ou des défaites. Un record NFL.
  • Les Vikings ont eu du mal à convertir les 3èmes La première réussite arrive en fin de 3ème quart-temps et ils finissent à 2/10.
  • Matthew Stafford lance pour 232 yards (23/40) et 1 TD. Anquan Boldin attrape 7 ballons pour 69 yards et 1 TD et Golden Tate totalise 77 yards en 5 réceptions.
  • Sam Bradford termine avec 224 yards (31/37) et 1 INT. Kyle Rudolph mène son équipe avec 9 réceptions et 64 yards et Matt Asiata (27 yards) marque 1 fois au sol.

Lire la suite »

Pourquoi la légende de Peyton Manning n’est pas remise en cause

Publié le

Il y a quelques temps, un journaliste a demandé à Peyton Manning qui était son quarterback idéal. Voici sa réponse : « le bras de John Elway, le lancé de Dan Marino, la capacité de scrambles de Brett Favre, le calme de Joe Montana dans les deux dernière minutes…et sa vitesse ». Le dernier point est évidemment une plaisanterie, mais pas entièrement, car oui Peyton Manning appartient à cette catégorie de joueurs. Le débat qui a enflammé le monde du football américain après le Super Bowl n’a pas lieu d’être, la légende de Peyton Manning n’est pas remise en cause avec cette défaite.

Un Super Bowl à oublier

« La pilule est dure à avaler. Vous devez trouver un moyen de faire avec, si c’est possible, et de se projeter sur la saison prochaine ». Après le match, Peyton Manning était forcément déçu, mais on sent qu’il est déjà prêt à revenir encore plus fort la saison prochaine.

Peyton Manning
Peyton Manning

Pour les détracteurs du quarterback, cette défaite montre une nouvelle fois qu’il n’est pas « clutch » et qu’il n’est pas au niveau lors des grands rendez-vous. Ils s’appuient notamment sur les statistiques de Manning lors des Super Bowls qu’il a joués : deux défaites en trois participations et des stats bien en dessous de ceux affichés en saison régulière.

Face à Seattle, Manning n’a jamais semblé dans son match. La faute surtout à une défense des Seahawks incroyable, qui mérite beaucoup de crédit. La ligne défensive a mangé la ligne offensive de Denver pour venir mettre une pression constante sur Manning, et la « Legion of Boom » a parfaitement couvert les receveurs.

Mais le débat devrait vite retomber. La situation inverse était arrivée la saison dernière, après le titre des Ravens emmené par le QB Joe Flacco qui avait été élu MVP du match. Le quarterback avait été encensé après ses playoffs et sa performance au Super Bowl, ce qui lui a valu un gros contrat. Au final, il a réalisé une saison très moyenne, en dessous de la précédente, et les Ravens n’ont pas accroché les playoffs.

Il est donc impossible de juger la légende de Peyton Manning sur ce match et sur les titres obtenus. Si c’était le cas, alors son frère Eli Manning (2 titres) serait meilleur que lui… Oui celui qui a terminé leader en interception cette saison…

Une carrière exceptionnelle

On ne peut pas juger la légende de Peyton Manning sur ce seul Super Bowl. Une victoire y aurait ajouté une nouvelle ligne, la défaite ne remet pas en cause son exceptionnelle carrière. Il a déjà accompli suffisamment pour faire partie de l’élite et pour s’assurer une place au Hall of Fame.

Avec 64 964 yards et 491 touchdowns, Manning n’est plus devancé que par Brett Favre (71 838 yards et 508 TD). Depuis 1998, il a constamment été performant, ce qui lui a valu un record de cinq trophées de MVP. Ses quatre premiers il les a remportés sous les couleurs des Colts, avec qui il a disputé 227 matchs consécutifs et gagné le Super Bowl en 2006.

Ce qui est encore plus fort, c’est son retour avec les Broncos, après quatre opérations du cou et une saison 2011 blanche. John Elway prend le pari de le faire signer, et Manning emmène Denver en finale de conférence l’année dernière et au Super Bowl cette saison. Sa carrière était à deux doigts de se terminer il y a deux ans, il est finalement revenu pour signer une saison sublime, avec plusieurs records (5477 yards et 55 TD) et un cinquième trophée de MVP.

Peyton Manning a sa place parmi les plus grands

« Peyton Manning (avec Tom Brady) a dominé son ère comme personne ne l’avait jamais fait ». De nombreuses personnalités du monde du football, comme Tony Dungy ou Drew Brees, reconnaissent que Manning domine son sport. Seul Otto Graham dans les années 40-50 était à ce point au-dessus, il détient d’ailleurs toujours le meilleur ratio de victoire avec 114 victoires et 20 défaites (dont 9-3 en playoffs) pour Cleveland.

Peyton Manning et Dan Marino
Peyton Manning et Dan Marino

Au jeu des titres en Super Bowl, les plus grands seraient Joe Montana (4 victoires en 4 participations) et Terry Bradshaw (4 victoires dans les années 70). Tom Brady, qui en a remporté 3 et affiche un record de 18 victoires (pour 8 défaites) en playoffs compléterait le podium. Mais dans cette perspective, Dan Marino qui n’a jamais remporté le titre NFL ne ferait alors pas partie des grands QB de l’histoire…

Pour moi il n’y a pas UN meilleur quarterback de l’histoire. Le jeu a évolué et continue d’évoluer, il est donc compliqué de comparer les époques. Johnny Unitas qui a joué de 1955 à 1973 tentait presque deux fois moins de passes que Peyton Manning aujourd’hui, mais il était au top à son époque et a marquer la NFL.

Bilan négatif en playoffs et au Super Bowl ou pas, Peyton Manning domine son époque et laissera sa trace dans son sport. Il a accompli ce qu’il fallait pour être considéré comme l’un des grands quarterback de l’histoire de la NFL, certains de ses records ne sont pas prêts d’être battus. Et qui sait, il sera peut être encore plus fort l’année prochaine…